×
google news

« FAGE plaide pour licence unique santé »

Il semble que très peu de personnes restent pour justifier les deux secteurs d’études de santé lancés en 2020. Il apparaît que le système de deux voies distinctes – un parcours d’accès à la santé spécifique (PASS) et des diplômes avec accès à la santé (L.AS) – ne reçoit pas général d’adhésion. Suite à la Conférence des Recteurs de Médecine en septembre 2023, toute une panoplie d’associations d’étudiants en santé (médecine, pharmacie, dentaire, sage-femme et kiné), organisées sous l’égide de la Fédération des Associations Générales des Etudiants (FAGE), ont déclaré leur opposition à la réforme lors d’une conférence de presse tenue le lundi 29 avril.

Ces programmes réformés ont éliminé la première année commune des études de santé (Paces) et ont été conçus pour diversifier les profils des étudiants, tout en soulignant la nécessité d’une formation supplémentaire dans un diplôme des sciences humaines et sociales ou des sciences fondamentales pour faire face au défi des maladies chroniques, du vieillissement de la population et de l’essor de l’intelligence artificielle.

« C’étaient des objectifs louables, déclare Flore Grèze, étudiante en sage-femme à Lille et vice-présidente en charge des affaires de santé à la FAGE, mais la réforme n’a pas réussi à répondre à son propre objectif d’amélioration du succès des étudiants et de réduction des risques psychosociaux, au contraire. »

Il existe une « disparité » entre les deux filières.

Selon une enquête en ligne réalisée en mars avec treize mille participants, le syndicat établit que 81% des étudiants subissent plus de stress depuis qu’ils sont entrés en PASS et en L.AS, et 43% d’entre eux éprouvent un stress intense régulièrement au cours de la journée. Un tiers des participants ressent l’isolement, et presque la moitié (42%) envisagent d’éliminer leurs études de santé.

En réalité, le PASS reste la route privilégiée, bien loin de la vision d’établir deux voies équivalentes avec une sélection égale d’étudiants. Seulement un quart des étudiants en seconde année viendrait des L.AS, d’après la FAGE. « Il y a une grande disparité entre ces deux cursus en ce qui concerne l’acquisition des connaissances fondamentales en santé, et 43% des étudiants en deuxième année ressentent ce gap », rapporte Coline Trayssac, étudiante en médecine à l’université Clermont Auvergne et vice-présidente de l’Association nationale des étudiants en médecine de France.

Dans le parcours de L.AS, plusieurs enseignements sont dispensés à distance, les horaires ne permettent pas aux étudiants d’être physiquement présents sur le campus des PASS, qui est parfois loin de leur localisation. « Une refonte de la réforme est requise. Sans cela, les futurs soignants seront d’abord et avant tout des futurs patients », ajoute Louise Lenglin, étudiante en kinésithérapie à Nantes et vice-présidente de la Fédération nationale des étudiant·e·s en kinésithérapie.

La lecture complète de cet article est limitée aux abonnés avec encore 38,44% du texte à découvrir.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1386
Actualité

Gouverneur du Texas gracie meurtrier antiraciste

23 mai 2024
Texte réécrit : "RAPPORT DE NEW YORK En plein été 2020, une paire de mois après le tragique décès de George Floyd, un Afro-Américain, tué par un officier de police…
example 1384
Actualité

« Cauet en vue pour agressions sexuelles »

23 mai 2024
Sébastien Cauet, animateur de renom, est en détention préventive depuis mercredi dans le contexte d'une enquête qui l'accuse de viols et d'agressions sexuelles, des allégations qu'il réfute, nous l'a-t-on révélé…
example 1383
Actualité

Projet de réforme audiovisuelle repoussé

23 mai 2024
Le plan de fusion des médias publics soutenu par Rachida Dati, la ministre de la Culture, est en retard. Son évaluation à l'Assemblée nationale a été différée le jeudi 23…