×
google news

« Yu Pei-yun: Ma jeunesse révolutionnée comme Satrapi »

La carrière d’un écrivain de bande dessinée peut parfois commencer avec une crise de larmes. C’est ce qui s’est passé pour Yu Pei-yun, un professeur et chercheur en littérature à l’Université de Taitung, sur la côte est de Taiwan, en 2016. Lorsqu’elle a entendu le récit de survie de Kunlin Tsai, un éditeur taïwanais peu célèbre, qui avait relaté son passé et sa détention à « Green Island », une colonie pénitentiaire célèbre pour sa répression sous la dictature de Chiang Kai-shek, elle a craqué.

« C’était la première fois que j’entendais directement de la bouche d’une personne son expérience de la Terreur Blanche », rappelle Yu Pei-yun, qui a rencontré fin février à Paris, au Musée Guimet, où elle a obtenu le prix du livre asiatique. Pendant trente-huit ans, de 1949 à 1987, des dizaines de milliers d’individus ont été persécutés, maltraités, ou tués pour leur opposition, vraie ou supposée, au gouvernement nationaliste. Née en 1967, Yu Pei-yun n’a jamais été directement exposée aux jours sombres de Taiwan. « Quand j’étais plus jeune, les adultes ne discutaient pas de la politique avec leurs enfants par prudence, » affirme-t-elle. « C’était un sujet que nous avons toujours tendance à esquiver. »

Il n’est pas possible de faire pleurer une universitaire sans conséquence. Yu Pei-yun s’est engagée à dénouer minutieusement chaque aspect de la vie du vieil éditeur. Elle prend immédiatement cette résolution : cette histoire qui relate en totalité l’histoire récente de l’île, sera transformée en une saga sous forme de bande dessinée – Le Fils de Taïwan, qui sortira en quatre volumes en français entre 2022 et 2024 sous la maison d’édition Kana. « Mon désir était de faire connaître cette histoire à la jeune génération pour que celle-ci soit largement diffusée, explique-t-elle. Le format du manhua m’a semblé le plus approprié. »

Scénario terriblement efficace

Le manhua, très différent du manga japonais, est une catégorie de bande dessinée dans le monde chinois. En principe, les manhua se lisent de droite à gauche, mais Le Fils de Taïwan, conçu dès le début pour le marché international, fait fi de cette norme. Rien ne le distingue d’une bonne vieille BD franco-belge au premier abord, sauf pour quelques innovations du dessinateur Zhou Jian-Xin : le style de dessin qui varie d’un album à l’autre pour marquer les différentes périodes; les polices de caractères, différentes en fonction de la langue parlée par les personnages (taïwanais, chinois ou japonais); les teintes sélectionnées pour les aplats, qui confèrent à chaque livre une singularité, comme si la série était constituée de quatre œuvres distinctes.

Il vous reste à lire 57.95% de cet article. La fin est réservée aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1369
Actualité

« Nos Suggestions de Lecture Raccourcies »

23 mai 2024
Cette semaine, le monde littéraire se trouve dans une vision hallucinatoire. Nous explorons le chef-d'œuvre de l'écrivain iranien Sâdeq Hedâyat (1903-1951), une transe opiacée rehaussée par une traduction rafraîchie ;…
example 1366
Actualité

« Canicule sévère écrase New Delhi, Inde »

23 mai 2024
Les températures dans la capitale indienne, New Delhi, et le nord du pays, fluctuent entre 45 et 47 degrés Celsius, rendant les parcs populaires vides, à l'exception des chiens qui…
example 1363
Actualité

Hôpital Enfants Tours Évite Surchauffe Été

23 mai 2024
Le 23 mai marque un tournant significatif pour Clocheville. Un des quatre systèmes de refroidissement défectueux de l'hôpital pédiatrique de Tours (Indre-et-Loire) devait dès lors être remplacé. Cette nouvelle machine,…