×
google news

« Militaires condamnés pour agression homophobe violente »

Le lundi 29 avril à Strasbourg, deux soldats âgés de 19 et 21 ans ont été condamnés à deux ans de prison, dont un an de détention ferme, sans mandat de dépôt, pour avoir agressé une personne homosexuelle. Les deux jeunes militaires, récemment recrutés par le 152e régiment d’infanterie de Colmar et risquant jusqu’à dix ans de prison, ont comparu en détention lors d’une audience immédiate. Le tribunal a été plus indulgent que le parquet, qui avait requis trois ans de prison, dont deux fermes. Le procureur, Eric Haeffele, a dénoncé l’agression comme étant « d’une violence extrême » et « totalement injustifiée ».

Les deux soldats, Alexis Coutelle et Temoana Teautoua, étaient accusés d’avoir agressé un homme de 28 ans de Strasbourg, mais seul le premier a été poursuivi pour injures homophobes. Temoana Teautoua a été poursuivi pour avoir volé avec violence le sac de la victime qui contenait de l’argent et deux téléphones portables.

L’agression a eu lieu tôt le samedi matin, entre 4 et 5 heures, dans le centre de Strasbourg. Après une altercation avec deux autres individus, les deux militaires qui sortaient d’une soirée bien arrosée – Alexis Coutelle présentant un taux d’alcoolémie de 1,60 gramme dans le sang – ont battu la victime, qui n’était pas impliquée dans la première altercation, mais qui a tenté d’intervenir.

Dans la salle d’audience, Alexis Coutelle a été signalé pour son agression homophobe sur sa victime, mettant l’accent sur sa position en tant que « militaire », selon des témoignages relatés. La victime, qui était présente pendant l’audience, a subi des blessures graves y compris des lésions cérébrales, un tympan perforé et des dents délogées. Une incapacité de travail de dix jours a été prescrite à la victime.

Vêtus de sweat-shirts gris identiques et les mains derrière le dos, les deux jeunes militaires présents dans le box ont admis leur culpabilité et présenté leurs excuses à la victime. Le Président du tribunal, Marc Picard, a de plus imposé à ces derniers l’obligation urgente de gérer leur impulsivité. Il leur a été interdit d’interagir avec la victime et de se montrer à Strasbourg pour une période de trois années. Ils n’ont également pas le droit de posséder une arme pour une durée de cinq ans.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1597
Actualité

Zelensky à Madrid pour rencontrer Sanchez

27 mai 2024
Nos articles, reportages et analyses sur le conflit en Ukraine sont disponibles pour lecture. Dans le « Monde », nous découvrons pourquoi la Crimée est prioritaire pour Kiev et l'émotion…
example 1596
Actualité

« ManiFeste, Miremont, We Love Green: Incontournables »

27 mai 2024
La matinée de la semaine passe en revue les différents programmes de quatre festivals dont deux connaissent leur première édition, tandis que deux autres sont en tournée. Des personnalités appréciées…
example 1594
Actualité

Manifestations en Arménie contre premier ministre

27 mai 2024
La contestation en Arménie concernant la cession de terrains à l'Azerbaïdjan, qui a débuté le mois dernier, persiste. Le 26 mai, un rassemblement notable a eu lieu à Erevan, la…