×
google news

Sept arrêtés pour terrorisme en Australie

La police australienne a informé que sept individus, tous mineurs, qui représentaient un danger et une menace intolérable pour la population australienne, ont été arrêtés lors de recherches anti-terroristes le mercredi 24 avril. Ces opérations ont mobilisé plus de quatre cents membres des forces de sécurité. Initialement, on avait parlé de cinq arrestations.

Ces individus arrêtés sont liés à un adolescent de 16 ans qui a poignardé un évêque de Sydney à mi-avril, et qui s’était rallié à une idéologie extrémiste motivée par des raisons religieuses, selon deux policiers. Dave Hudson, un haut fonctionnaire de la police de la Nouvelle-Galles du Sud, a annoncé qu’il était probable que ces individus planifiaient une attaque, bien qu’aucune cible précise n’ait été identifiée.

Hudson a également déclaré à la presse : « Leur comportement pendant leur surveillance nous a laissé penser qu’il y avait une grande probabilité qu’ils commettent un acte terroriste que nous n’aurions pas pu empêcher ». Durant l’enquête, la police a donc estimé qu’une attaque pourrait se produire.

Un adolescent de 16 ans a attaqué l’évêque assyrien Mar Mari Emmanuel de Sydney au couteau le 15 avril, pendant un sermon en direct. Ses fidèles ont commencé à émeuter après l’attaque dans leur église, située à l’ouest de Sydney. Emmanuel, connu pour ses critiques contre l’Islam, les vaccins Covid-19, ainsi que pour sa rhétorique clairement anti-LGBTQ, a une audience en ligne d’environ 200,000 personnes. Rapidement, la police a identifié cette attaque comme un acte de terrorisme, ce qui a conduit à une enquête par un groupe composé des forces de police fédérales et du service de renseignement.

Dans le même temps, face à la menace terroriste grandissante dans le pays, Mike Burgess, chef du service de renseignement australien, a appelé les géants technologiques tels que Apple, Google, et Microsoft à une plus grande coopération en leurs demandant l’accès à des messages cryptés sous certaines conditions. Mr Burgess souligne que le cryptage des messages a entravé la capacité du service de renseignement à détecter les menaces et que ces entreprises technologiques devraient y remédier quand une demande est faite. Il a ajouté que « le cryptage est certainement bénéfique pour notre démocratie et notre économie », mais que « cela protège aussi les terroristes, les espions, les saboteurs et les criminels répréhensibles. »

Mr. Burgess a révélé que l’intelligence australienne est actuellement en train d’enquêter sur un « réseau radical raciste » qui utilise des services de messagerie cryptés. « Ce groupe diffuse une propagande répugnante, fournit des conseils sur comment construire des armes et discute des méthodes pour inciter une guerre raciale », a-t-il ajouté.
Les grandes sociétés numériques s’opposent à l’idée de donner accès aux messages cryptés, arguant que cela poserait un risque pour la cybersécurité et la confidentialité des utilisateurs. Reece Kershaw, le directeur de la police fédérale australienne, a spécifiquement mis en cause Meta, qui a instauré un cryptage de bout en bout pour le réseau social Facebook et son service de messagerie, Facebook Messenger.
Contribuer.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1284
Actualité

Crise climatique: Jugement historique tribunal maritime

21 mai 2024
La crise climatique impactant les petites îles a été reconnue, marquant une avancée significative dans la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation des océans. La juridiction internationale du…
example 1283
Actualité

Justice grecque acquitte neuf Égyptiens naufragés

21 mai 2024
"L’annonce de la libération a été accueillie avec enthousiasme dans la salle d'audience du tribunal de Kalamata, au sud de la Grèce. Neuf égyptiens étaient jugés le mardi 21 mai…