×
google news

Relation dégradée entre France et Azerbaïdjan

La France, en tant que médiateur, a longtemps tenté de faciliter le dialogue entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, avec le soutien de l’Union européenne, l’Allemagne et les États-Unis. Cette action diplomatique visait avant tout à renforcer sa position face à la Russie dans une région caucasienne en plein bouleversement. On pouvait souvent voir le Président Emmanuel Macron aux côtés de Nikol Pachinian, le Premier Ministre arménien, et Ilham Aliev, le dirigeant autoritaire aztéri, dans le but d’atténuer les tensions entre ces deux nations voisines, voire de parvenir à un accord de paix.

Cependant, depuis que l’Azerbaïdjan a repris le contrôle de l’enclave du Haut-Karabakh à la suite d’une attaque fulgurante qui a contraint à l’exil 120 000 Arméniens en septembre 2023, la France a été progressivement écartée des négociations par l’Azerbaïdjan, en raison de son soutien à l’Arménie. Les relations entre Paris et Bakou se sont dégradées, le dirigeant aztéri accusant régulièrement la France, pays d’accueil d’une importante communauté arménienne, de diaboliser son pays.

« L’Arménie subit constamment des pressions, y compris à ses frontières, avec une sorte d’érosion de son territoire, [elle] est dans une démarche de défense de son peuple et de ses terres », a déclaré le Ministère de la Défense français en février. Puis, Sébastien Lecornu a effectué sa première visite à Erevan pour préciser l’engagement de la coopération militaire initiée en octobre 2023 avec l’Arménie, lequel craint que son voisin plus puissant, plus riche et armé, et soutenu par la Turquie, tente de poursuivre son agression.

Le Quai d’Orsay a annoncé que l’ambassadrice de France à Bakou, Anne Boillon, a été rappelée pour des discussions le 16 avril, en réponse à des actions unilatérales négatives menées par l’Azerbaïdjan qui ont affecté les relations binaires. La date de son retour n’est toujours pas déterminée. Lors de sa rencontre avec la diplomate à l’Elysée, le président Emmanuel Macron a exprimé son désir de clarification de la part de l’Azerbaïdjan. Paris a souligné son intention de normaliser les relations avec l’Azerbaïdjan et l’Arménie, respectant leurs intégrités territoriales et le droit international.

En début avril, la France a également exprimé sa déception lorsque la détention provisoire de Martin Ryan, un citoyen français accusé d’espionnage en Azerbaïdjan, a été prolongée. Les allégations ont été fermement rejetées par les autorités françaises. Suite à son arrestation au début de décembre 2023, deux diplomates français ont été expulsés par le régime Aliyev. En réaction, la France a répliqué avec une mesure similaire le jour suivant.

Le reste de cet article est accessible seulement aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1614
Actualité

« Lutte contre le crime: statut italien »

27 mai 2024
Le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, a annoncé le 28 avril son souhait d'adapter le statut du "repenti" à l'image de la loi italienne. Cette déclaration a rapidement été…
example 1612
Actualité

« Plus de 200 arrestations en Arménie »

27 mai 2024
La police d'Arménie a déclaré, le lundi 27 mai, avoir arrêté plus de deux centaines de protestataires contre le gouvernement qui essayaient de barrer des voies de communication principales de…