×
google news

« Khémaïs Ben Lakhdar redéfinit le luxe décolonial »

Pendant longtemps, Khémaïs Ben Lakhdar a rêvé d’être un couturier éclectique et prodigieux, submergé de travail. Il rêvait d’une vie à Paris avec Karl Lagerfeld et Anna Wintour, dit l’actuel chercheur de 30 ans. Son idole était Yves Saint Laurent, son « mentor suprême ». Cependant, après avoir commencé ses études en histoire de l’art à la Sorbonne suite à son baccalauréat, il a commencé à examiner de plus près la mode de son héros et son opinion a commencé à changer.

Il a remarqué comment ce dernier utilisait des pièces orientales comme le caftan, la djellaba ou la blouse roumaine principalement pour se mettre en avant comme un maître du design et un esprit culturel. Ben Lakhdar a également remarqué que Paul Poiret, un des premiers couturiers reconnus, utilisait des gilets chinois ou des manteaux indiens pour leur donner un aspect nouveau et noble.

Peu à peu, il a réalisé que cette tendance était générale : aucune information ne semblait exister sur ces vêtements orientaux ou sur leur histoire, avant qu’un grand couturier occidental ne les adopte. Ce phénomène est une forme d’appropriation culturelle, soutient-il.

Ben Lakhdar explore ce concept controversé dans son premier livre, L’Appropriation culturelle – Histoire, domination et création : aux origines d’un pillage occidental, publié par Stock le 10 avril. Les deux mots, lorsqu’ils sont associés, désignent un emprunt d’éléments esthétiques d’une culture étrangère par une marque occidentale, considérée comme minoritaire ou dominée, sans crédit ni rétribution.

Plusieurs maisons de mode ont été critiquées depuis le début des années 2010 pour leur approche culturellement insensible, de Valentino en 2015 à Gucci en 2018. Valentino a été critiqué pour une collection qui s’inspirait de « l’Afrique sauvage, primitive et tribale » et Gucci a été dénoncé pour avoir fait porter des turbans sikhs à des mannequins blancs. Isabel Marant, qui a utilisé des motifs distinctifs des communautés indigènes du Mexique, a même présenté des excuses publiques en 2020.

Dans son livre, Khémaïs Ben Lakhdar adopte un ton formel pour défier le lecteur. Le livre est concis, érudit et facilement absorbé – tout comme une boisson forte. Il décortique les faiblesses des maisons de mode puissantes, de Dior à Dolce & Gabbana, de manière argumentée et parfois mordante. Il affirme que le rôle d’un historien n’est pas de complimenter les marques de luxe mais de rapporter les faits historiques, complexes, qui peuvent contredire le récit bien ficelé des mythes de la mode.

Il reste encore 67.69% de cet article à lire, réservés aux abonnés seulement.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1597
Actualité

Zelensky à Madrid pour rencontrer Sanchez

27 mai 2024
Nos articles, reportages et analyses sur le conflit en Ukraine sont disponibles pour lecture. Dans le « Monde », nous découvrons pourquoi la Crimée est prioritaire pour Kiev et l'émotion…
example 1596
Actualité

« ManiFeste, Miremont, We Love Green: Incontournables »

27 mai 2024
La matinée de la semaine passe en revue les différents programmes de quatre festivals dont deux connaissent leur première édition, tandis que deux autres sont en tournée. Des personnalités appréciées…
example 1594
Actualité

Manifestations en Arménie contre premier ministre

27 mai 2024
La contestation en Arménie concernant la cession de terrains à l'Azerbaïdjan, qui a débuté le mois dernier, persiste. Le 26 mai, un rassemblement notable a eu lieu à Erevan, la…