×
google news

Croatie: Conservateurs gagnent, majorité incertaine

Après les élections législatives du mercredi 17 avril, la Croatie s’apprête à entrer dans une phase de débats houleux et possiblement nouvelles tensions. Les résultats partiels issus de l’analyse de plus de 80% des votes, ne suggèrent aucune tendance précise. Le HDZ, parti du Premier ministre sortant Andrej Plenkovic, semble en avance avec 61 sièges gagnés, cinq de moins qu’en 2020. Les sociaux-démocrates (SDP) du président Zoran Milanovic suivent avec 42 sièges. Toutefois, les deux partis sont loin des 76 sièges nécessaires pour une gouvernance autonome, préfigurant des tractations compliquées pour la constitution d’une majorité.

Andrej Plenkovic n’a pas encore commenté les résultats à minuit, contrairement à Pedja Grbin, le leader des sociaux-démocrates, qui a admis que les scores n’étaient pas ceux attendus. Il a avancé que des jours, voire des semaines, de négociations étaient à prévoir, avec l’espoir de rendre la Croatie un pays exempt de corruption.

Le candidat surprise au poste de premier ministre, Zoran Milanovic, est suivi de près par la droite nationaliste du mouvement patriotique Homeland, qui a obtenu treize sièges, puis les ultra-conservateurs de Most, susceptibles d’en obtenir onze et le parti écologiste de gauche Mozemo, qui pourrait en avoir dix. Toutes les combinaisons semblent possibles pour la formation de coalitions.

« « Il est évident que nous occupons la troisième position politique en Croatie, et nous dialoguerons avec quiconque nous contacte », a exprimé Ivan Penava, leader de Homeland, affirmant que tous les groupes lui ont tendu la main.
Après une intense compétition politique qui ressemblait à un combat de boxe entre le président actuel et le premier ministre, il est temps de se mettre à la table des négociations.
« Je suis ouvert au dialogue avec quiconque aspire à une Croatie sans corruption, sans pillage ou duplicité, où les individus qui violent le code de la route, et mieux encore le code pénal, ne sont pas désignés à la tête du ministère public », a déclaré Zoran Milanovic lors de son vote, lui qui est candidat surprise pour la position de premier ministre.
Malgré les juges ayant jugé son candidature non constitutionnelle tant qu’il ne démissionnait pas de la présidence, Milanovic, un social-démocrate de plus en plus populiste, a mené sa campagne comme si de rien n’était, en attaquant vigoureusement son adversaire, le premier ministre en exercice, Andrej Plenkovic. « Lorsque vous êtes confronté à des brigands et des barbares qui exploitent leur position de pouvoir, vous devez répondre de cette manière, vous devez faire preuve de force », a-t-il expliqué.
Démissions en série de ministres
La corruption a souvent été le point faible du HDZ, qui a généralement gouverné la Croatie depuis son indépendance en 1991. Plusieurs ministres ont été contraints de démissionner ces dernières années, émaillant la scène politique de nombreux scandales. Néanmoins, cela n’a pas dissuadé les Croates de voter en masse – plus de 60% des électeurs se sont rendus aux urnes, contre 46,9% lors des élections de 2020. »

Le Premier ministre, qui est un adversaire notoire du président depuis longtemps et qui occupe son poste depuis 2016, a mené sa campagne en offrant une promesse de stabilité et de rigueur aux 3,8 millions de résidents du pays. Il a également souligné que c’est pendant son terme que le pays est devenu membre de la zone euro ainsi que de l’espace Schengen.

« Beaucoup de progrès ont été accomplis durant les années récentes, mais de nouvelles tâches, de nouveaux défis et de nouveaux problèmes constamment apparaissent », a-t-il déclaré après avoir voté à Zagreb, la capitale. « Compte tenu des transformations significatives du contexte géopolitique et des menaces de sécurité, il est essentiel que la Croatie soit gérée de manière sérieuse, responsable, fiable et que tous nos citoyens se sentent en sécurité », a ajouté M. Plenkovic.

Malgré son adhésion à l’OTAN depuis 2009 et à l’Union européenne (UE) depuis 2013, la Croatie demeure l’un des pays les plus pauvres de l’UE, avec un salaire moyen de 1240 euros par mois.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1294
Actualité

Parti de Macky Sall, avenir incertain au Sénégal

22 mai 2024
Peut-on envisager la survie de l'Alliance pour la République (APR) sans Macky Sall, son initiateur en 2008 ? Depuis la perte du 14 mars, l'ancien président s'est retiré à Marrakech.…
example 1292
Actualité

« Résumé Mardi: Guerre en Ukraine Direct »

22 mai 2024
Le live a été animé par plusieurs personnes dont Agnès Gautheron, Gabriel Coutagne, Fatoumata Sillah, Solène L’Hénoret et Audrey Delaporte qui a pris des photos. Nous avons une série d'articles,…