×
google news

« Meta: régulateur européen contre abonnement données »

Le Comité européen de la protection des données (EDPB) a exprimé mercredi 17 avril son inquiétude face aux tentatives de Meta et d’autres opérateurs de réseaux sociaux de convertir le droit essentiel à la protection des données en une caractéristique payante. « Les plateformes doivent offrir aux utilisateurs un véritable choix, plutôt que de les forcer à payer ou à donner accès à toutes leurs données », a affirmé Anu Talus, la présidente du comité régulateur européen.

Talus insiste sur le fait que les plateformes doivent s’assurer de ne pas réduire le droit fondamental à la protection des données en une fonctionnalité pour laquelle les utilisateurs doivent payer. Cet avis crucialement attendu concerne la formule d’abonnement récemment introduite par Meta (Facebook, Instagram).

Depuis novembre 2023, Meta offre aux utilisateurs européens de ses deux principaux réseaux sociaux la possibilité de continuer à utiliser ces services gratuitement en échange de leurs données personnelles pour de la publicité ciblée, ou de payer un abonnement pour ne plus voir de publicités.

En réponse à l’avis de l’EDPB, Meta a déclaré que « l’année précédente, la Cour de justice de l’Union européenne a jugé que le modèle d’abonnement était un moyen légal pour les entreprises de recueillir le consentement pour la publicité personnalisée ». Par conséquent, la société estime que « l’avis rendu par l’EDPB ne modifie pas ce jugement et l’abonnement sans publicité est en accord avec la loi européenne ».

Les entreprises sont appelées à envisager des alternatives gratuites équivalentes.

Les abonnés européens de Meta ont la possibilité de se souscrire au tarif de 9,99 euros mensuels via Internet, ou à 12,99 euros si l’abonnement est fait via des applications iOS ou Android. Cette méthode de souscription est décrite par la société comme un moyen de se conformer aux normes européennes de gestion des données, qui lui ont déjà causé de multiples condamnations et pénalités.

Cependant, les défenseurs de la confidentialité considèrent cette pratique comme injuste et comme une violation des droits des consommateurs. L’EDPB a été consulté à la demande des autorités chargées de la protection des données aux Pays-Bas, en Norvège et à Hambourg (Allemagne).

Dans ce contexte d’abonnement payant, « la majorité des utilisateurs donnent leur consentement [à l’usage de leurs données] pour accéder au service sans saisir pleinement les conséquences de leur décision », explique l’organisme. Les grandes plateformes sont tenues de considérer « une option gratuite équivalente », affirme l’EDPB. « Cette option sans frais devrait être exemptée de publicité ciblée, par exemple en se basant sur un volume de données personnelles réduit, ou même sans traitement de données personnelles », continue-t-il.

Selon le régulateur, « c’est un élément d’importance particulière » pour valider le consentement des utilisateurs de plateformes en ligne en accord avec les normes européennes de protection de données. Enfin, les opérateurs de plateformes « doivent évaluer au cas par cas si un frais [d’abonnement] est une solution adaptée, et si oui, de quel montant », et « se poser la question des conséquences négatives – exclusion d’un service crucial, perte d’accès aux réseaux professionnels, disparition de contenus… – qui découleraient d’un refus de la part d’un utilisateur de payer ces frais ».

Deux plaintes ont été déposées.

Récemment, deux griefs ont été formulés à l’encontre de Meta en raison de sa stratégie actuelle : l’un de l’organisation autrichienne non gouvernementale None of Your Business (NOYB), et l’autre d’un groupe de groupes de défense des consommateurs provenant de huit nations différentes. Dans ces deux instances, l’entreprise américaine est accusée de violer le RGPD.

Le vendredi 15 mars dernier, trente-neuf parlementaires européens ont adressé une lettre ouverte à Meta, soulignant leur opposition à cette option payante : « Nous vous exhortons à renoncer à l’approche « payez ou acceptez » et à vous conformer aux principes du RGPD, en protégeant les droits fondamentaux des résidents de l’UE. »

Suivant des discussions avec les autorités de régulation de la confidentialité, Meta a également proposé le 19 mars de réduire presque de moitié le prix de l’abonnement mensuel pour Facebook et Instagram, le faisant passer de 9,99 euros à 5,99 euros. Cependant, Max Schrems, activiste leader de l’organisation NOYB, a déclaré à Reuters que « En vérité, ce n’est pas une question d’argent, le souci est l’approche « payez ou acceptez » générale. Nous ne croyons pas qu’un simple ajustement des tarifs rendrait cette méthode légale ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1389
Actualité

« Baisse de 9% des loups en France »

23 mai 2024
Selon un communiqué de diverses associations environnementales, l'année 2023 a connu un déclin de 9 % dans la population de loups en France, fixant le nombre total à 1 003…
example 1386
Actualité

Gouverneur du Texas gracie meurtrier antiraciste

23 mai 2024
Texte réécrit : "RAPPORT DE NEW YORK En plein été 2020, une paire de mois après le tragique décès de George Floyd, un Afro-Américain, tué par un officier de police…
example 1384
Actualité

« Cauet en vue pour agressions sexuelles »

23 mai 2024
Sébastien Cauet, animateur de renom, est en détention préventive depuis mercredi dans le contexte d'une enquête qui l'accuse de viols et d'agressions sexuelles, des allégations qu'il réfute, nous l'a-t-on révélé…