×
google news

« Guerre Ukraine: Situation ‘tendue’ admet ministre »

Consultez tous nos écrits, nos études approfondies et nos comptes rendus concernant la guerre Ukrainienne. Nos détails, analyses et explications exhaustifs provenant du « Monde ». L’Ukraine est menacée, pendant que Washington hésite. La Russie essaie d’incapaciter l’Ukraine en ciblant et en détruisant ses infrastructures énergétiques. Nous suivons le parcours exceptionnel de Stanislav Skrinnik, un danseur de ballet nocturne qui fabrique des équipements pour l’armée Ukrainienne pendant la journée. Paris 2024 : une déchirure se produit dans le mouvement sportif Russe concernant sa participation aux Jeux Olympiques.

Pourquoi la flotte Russe de la Mer Noire est-elle devenue si fragile ? En Ukraine, il y a un mécontentement parmi les familles de militaires suite au retrait de la clause de démobilisation dans la proposition de loi visant à lever de nouvelles troupes. Concernant la mort du Russe Alexandre Demidenko en prison, qui assistait les Ukrainiens à rentrer chez eux. Les soldats ukrainiens confrontés aux dangers des applications de rencontres.

Quel est l’impact climatique des combats ? Nous répondons à vos questions les plus couramment posées. Comment Moscou et Kiev utilisent-ils des drones ? La guerre des drones entre la Russie et l’Ukraine s’est intensifiée ces derniers mois. Selon un rapport publié en mai 2023 par un laboratoire de réflexion britannique spécialisé dans les sujets de défense, les Ukrainiens perdent environ 10 000 drones par mois sur le champ de bataille, soit plus de 300 par jour. En comparaison, l’armée française possède un peu plus de 3 000 drones dans son stock.

Les Ukrainiens et les Russes utilisent principalement de petits UAV (véhicules aériens non pilotés, en anglais), d’origine civile, économiques et disponibles en grande quantité. Ils sont utilisés pour observer le champ de bataille, diriger les troupes, ou les tirs d’artillerie. Certains sont adaptés pour transporter de petites charges explosives, qui sont ensuite parachutées sur des tranchées ou des véhicules blindés.

Les drones-kamikazes, bien qu’ils soient moins courants, jouent un rôle significatif en transportant des charges explosives et sont déployés au-dessus des lignes de front sans cible prédéfinie. La Russie emploie notamment les drones Lancet-3 Russes et Shahed-136, fabriqués en Iran. Contre toute attente, l’Ukraine manquant d’une puissante marine, contient ses adversaires à l’aide de véhicules maritimes non tripulés, en l’occurrence de petits kayaks télécommandés chargés de TNT (450 kilogrammes).

Les drones étant importants pour leurs opérations, les Ukrainiens et les Russes ont pris des mesures pour fournir à leur force de l’endurance, non seulement en faisant des achats considérables de drones civils, mais aussi en développant des capacités de production indigènes. Au commencement de la guerre du Donbass il y a dix ans, l’industrie nationale ukrainienne était encore en phase embryonnaire; elle a depuis lors grandement progressé. Le ministre ukrainien de la transformation numérique a récemment annoncé à la fin d’août qu’un clone du drone russe Lancet-3, baptisé Peroun, une divinité slave de la foudre et du tonnerre, avait été conçu et serait bientôt lancé.

A cause des sanctions occidentales empêchant l’acquisition de composants électroniques, la Russie se trouve dans une situation délicate. Cependant, selon les informations des services de renseignement américains, Moscou aurait initié la construction d’une usine dans la zone économique spéciale d’Alabouga pour la production de drones-kamikazes de conception iranienne, notamment les Shahed-136.

Quant à l’état actuel des stocks de missiles de l’armée russe, il est extrêmement difficile, voire impossible, d’obtenir ce type de renseignements. Même si les services de renseignement ukrainiens communiquent fréquemment à ce propos, leurs estimations sont souvent discutables.

D’après Andri Ioussov, un représentant du GUR (la direction générale du renseignement du ministère de la défense), qui a été cité par Liga.net, l’armée russe avait à sa disposition 2 300 missiles balistiques et de croisière avant le déclenchement du conflit et ils en avaient environ 900 au commencement de l’année. En plus de ça, Ioussov mentionne que l’armée possède des dizaines de milliers de missiles antiaériens S-300 avec une portée de 120 kilomètres et un grand stock de S-400, une version plus moderne avec une portée trois fois plus grande. En août, Vadym Skibitsky, le deuxième en commande du GUR, a donné un total de 585 missiles avec une portée qui dépasse les 500 kilomètres.

Concernant leur capacité de production, elle aurait augmenté à une centaine de missiles balistiques ou de croisière par mois, selon plusieurs spécialistes. En octobre, le GUR évaluait cette production à 115 exemplaires chaque mois.

En outre, la Russie aurait acheté des missiles à courte portée en Iran et en Corée du Nord et continue à en acquérir. Selon l’agence Reuters, et des sources iraniennes qu’elle cite, la Russie aurait reçu 400 missiles iraniens Fateh-110 (avec une portée de 300 à 700 kilomètres) depuis janvier, quand un accord aurait été signé. Il n’est pas clair combien de missiles nord-coréens ont été acquis par la Russie, mais 24 ont été lancés en Ukraine entre le 30 décembre 2023 et le 7 février 2024, selon le procureur général, Andriy Kostin. Les experts qui ont examiné les débris et les trajectoires déduisent qu’il s’agit probablement de KN-23 et KN-24 ayant une portée autour de 400 kilomètres.

Et pour les avions de combat F-16 ?

En répondant à une requête de longue date du président de l’Ukraine, les États-Unis ont approuvé, en août 2023, le transfert des avions de chasse F-16 à l’Ukraine. Bien qu’il existe une flotte éventuelle de plus de 300 F-16 dans neuf pays européens – Belgique, Danemark, Grèce, Pays-Bas et Portugal, pour ne citer que ceux-là – tous les États qui possèdent ces avions ne sont pas en mesure de les transférer immédiatement.

Volodymyr Zelensky avait mentionné un chiffre de 42 F-16 qui auraient été promis par les alliés occidentaux à Kiev, cependant, ces informations n’ont pas été confirmées. Le Danemark s’est engagé à en donner 19. Les 6 premiers ne devaient pas être livrés avant la fin de 2023, suivi par 8 en 2024 et 5 en 2025, selon la première ministre danoise, Mette Frederiksen. Les Pays-Bas, qui ont également promis d’en donner, disposent de 42 unités, mais n’ont pas annoncé combien ils prévoyaient de transférer.

En outre, il faut former les pilotes ukrainiens pour qu’ils puissent manœuvrer ces avions de chasse américains. Onze pays alliés de Kiev ont promis de s’occuper de la formation des pilotes. L’OTAN a estimé que les soldats ukrainiens seraient prêts à utiliser ces avions en combat au début de 2024, mais d’autres experts prévoient plutôt l’été de la même année.

Ainsi se présente le soutien militaire que les alliés de Kiev apportent.

Deux années après le commencement du conflit de grande ampleur, l’élan de soutien de l’Occident à Kiev s’affaiblit : les ressources nouvellement engagées entre août 2023 et janvier 2024 ont diminué par rapport à la même période l’année précédente, comme le rapporte l’Institut Kiel dans son étude divulguée en février 2024. Toutes les indications suggèrent que cette tendance pourrait perdurer, l’Amérique ayant du mal à obtenir l’approbation pour l’assistance et l’UE ayant rencontré des difficultés pour adapter une aide de 50 milliards le 1er février 2024, à cause de l’opposition hongroise. Il est important de noter que ces deux enveloppes d’aide n’ont pas encore été intégrées dans le dernier rapport de l’Institut Kiel, qui se termine en janvier 2024.
Les chiffres de l’institution allemande indiquent que le nombre de donateurs diminue et se centralise autour d’un groupe de pays : les USA, l’Allemagne, les pays nordiques et ceux de l’Europe de l’Est, qui offrent à la fois une aide financière importante et des armements sophistiqués. En somme, depuis février 2022, les nations soutenant Kiev se sont investies pour un montant minimum de 276 milliards d’euros sur les aspects militaires, financiers ou humanitaires.
En valeur réelle, les pays les plus prospères ont été les plus généreux. Les États-Unis sont de loin les donateurs principaux, avec une aide annoncée de plus de 75 milliards d’euros, dont 46,3 milliards consacrés à l’aide militaire. Les pays de l’UE ont promis des aides bilatérales (64,86 milliards d’euros) et des aides collectives venant des fonds de l’UE (93,25 milliards d’euros), pour un montant total de 158,1 milliards d’euros.

Quand on examine les donations en lien avec le produit intérieur brut (PIB) de chaque pays donneur, les positions varient. Les États-Unis ne se situent qu’au vingtième rang, avec seulement 0,32% de leur PIB offert en aide. Ils sont surpassés par des pays limitrophes à l’Ukraine et diverses anciennes républiques soviétiques. En tête de cette comparaison figure l’Estonie avec 3,55% de son PIB en donations, suivi du Danemark à 2,41% et de la Norvège à 1,72%. Les deux postes suivants du top 5 sont occupés par la Lituanie (1,54 %) et la Lettonie (1,15 %). Les trois nations baltes, limitrophes tant de la Russie que de leur alliée, la Biélorussie, sont parmi les donatrices les plus généreuses depuis l’explosion du conflit.

Au niveau des donations en proportion du PIB, la France se classe vingt-septième, elle a dédié 0,07 % de son PIB à cet effort, derrière la Grèce qui a consacré 0,09 % du sien. Les contributions de Paris à l’aide sont en baisse constante depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie – en avril 2023, la France était encore vingt-quatrième et treizième en été 2022.

Qu’avons-nous comme information sur les tensions à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne ?

Les mois précédents ont été marqués par des tensions entre la Pologne et l’Ukraine, principalement en raison du transit de céréales ukrainiennes. Au printemps 2022, l’UE avait mis en œuvre des « voies de solidarité » pour simplifier la vente de produits agricoles ukrainiens vers l’Afrique et le Moyen-Orient, sans taxes douanières. Cependant, depuis le déclenchement de la crise, environ 50% des céréales en provenance d’Ukraine passent par l’UE ou terminent leur voyage là, selon la Fondation Farm, véritable think tank sur les problématiques agricoles mondiales. Le problème est que ces céréales sont commercialisées à un tarif bien inférieur à celui du blé cultivé en UE, surtout dans les pays d’Europe centrale.

Face à cette situation de déséquilibre du marché, préjudiciable à la stabilité financière de leurs agriculteurs, des pays comme la Pologne, la Bulgarie, la Hongrie, la Roumanie et la Slovaquie ont mis un terme à leurs importations de céréales en avril 2023. Cette décision a été acceptée par Bruxelles, du moment qu’elle n’empêchait pas le transit vers d’autres nations et qu’elle n’excédait pas quatre mois. Malgré cela, Varsovie a maintenu sa frontière fermée aux céréales ukrainiennes à la fin de l’été, arguant que le cœur du problème n’était pas résolu, même si Bruxelles a affirmé que l’embargo n’était plus justifié car leurs études démontraient qu’il n’y avait plus de perturbation des marchés céréaliers nationaux.

Depuis les frontières entre la Pologne et l’Ukraine, les fermiers polonais ont mis en place un blocus pour stopper l’entrée des camions ukrainiens sur leur sol national. La demande des protestataires est claire : « Un embargo total » sur les marchandises agricoles et alimentaires venant d’Ukraine. Parmi leurs griefs, ils pointent du doigt la hausse abrupte des coûts de production alors que leurs silos et leurs entrepôts débordent et que les prix chutent. Au début de 2024, le président ukrainien jugeait que ce blocus frontalier reflète « l’effritement de la solidarité » envers son pays, et a demandé des négociations avec la Pologne. Il a également fait remarquer que seul Moscou tire profit de ces conflits, tout en critiquant la « présence de slogans clairement pro-Poutine ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1537
Actualité

Remaniement surprise en Tunisie: Ministre écarté

26 mai 2024
Le chef d'État tunisien, Kais Saïed, a surpris tout le monde en opérant un remaniement gouvernemental inattendu ce samedi 25 mai. Un communiqué de la présidence tunisienne, publié sans justification,…
example 1535
Actualité

« Le chien, le nouvel enfant familial »

26 mai 2024
"« Prenez soin de notre bébé, il risque surement de se mettre à pleurer. Voici son jouet préféré... », ce sont les consignes que reçoit habituellement Laetitia Lacote, âgée de…