×
google news

« Guerre en Ukraine: Détérioration considérable, dit commandant »

Découvrez tous nos articles, critiques et reportages sur le conflit en Ukraine.
Les dossiers détaillés et les analyses du « Monde ».
Quelles sont les difficultés de l’élargissement de la mobilisation en Ukraine ?
Belgorod, qui a subi des attaques, se sent délaissée par Moscou.
Les recrutements illégaux à Odessa sont source de tension dans la société.
L’Europe restreint l’accès libre aux produits de l’agriculture ukrainienne.
La Russie intensifie ses attaques sur les infrastructures énergétiques ukrainiennes.
Marie Mendras : « Il est faux de penser qu’une large majorité des Russes soutient Poutine. »
Quel est l’impact environnemental des conflits ?
Nos réponses aux questions les plus courantes.
Comment est-ce que Moscou et Kiev font usage de drones ?
La guerre des drones entre la Russie et l’Ukraine a atteint un niveau sans précédent ces derniers mois. Selon un rapport publié en mai 2023 par un groupe de réflexion britannique spécialisé dans les questions de défense, les Ukrainiens perdent environ 10 000 drones par mois sur le terrain de combat, soit plus de 300 par jour. Pour comparaison, l’armée française possède un peu plus de 3000 drones dans ses stocks.
Les Ukrainiens et les Russes utilisent principalement de petits véhicules aériens sans pilote (UAV) de source civile, qui sont économiques et disponibles en grande quantité. Ils sont utilisés pour surveiller le champ de bataille, diriger les troupes ou l’artillerie ; certains sont également adaptés pour transporter de petites charges explosives, qui sont ensuite larguées sur des tranchées ou des véhicules blindés.

Les drones-kamikazes, bien que moins nombreux, jouent un rôle crucial dans la guerre. Ces UAV (véhicules aériens sans pilote), armés d’explosifs, sont déployés au-dessus des lignes de front sans mission instaurée au préalable. Les drones russes Lancet-3 et les Shahed-136 d’origine iranienne sont utilisés par Moscou. En l’absence d’une force navale valable, l’Ukraine se moque de l’ennemi en utilisant des véhicules maritimes autonomes, des kayaks miniatures qui peuvent être contrôlés à distance et chargés d’explosifs (450 kg de TNT).

L’importance des drones pour leurs opérations a conduit les Ukrainiens et les Russes à s’organiser pour maintenir leurs forces sur le long terme, non seulement en achetant une grande quantité de drones civils sur le marché, mais aussi en établissant des capacités de production interne. En dépit d’un départ hésitant au début de la guerre de Donbass il y a dix ans, l’industrie ukrainienne nationale a gagné en force. En août dernier, le ministre ukrainien de la transformation numérique a annoncé la prochaine mise en service du Peroun, une reproduction du drone russe Lancet.

Cependant, la Russie est entravée par les sanctions occidentales, qui restreignent son accès aux composants électroniques. Néanmoins, d’après les agences de renseignement américaines, Moscou aurait entamé la construction d’une usine dans la zone économique spéciale d’Alabouga pour y produire des drones-kamikazes iraniens, comme les Shahed-136.

Concernant l’état des stocks de missiles russes, il est extrêmement difficile, voire impossible, d’obtenir des informations précises. Les services de renseignement ukrainiens publient régulièrement des informations à ce sujet, mais la fiabilité de ces estimations reste incertaine.

D’après les propos d’Andri Ioussov, un représentant de la direction générale du renseignement du ministère de la défense (GUR), rapportés par Liga.net, l’armée russe avait en sa possession 2 300 missiles balistiques ou de croisière avant le conflit et encore plus de 900 au commencement de l’année. En plus de cela, le représentant a ajouté qu’il y avait des milliers de missiles antiaériens S-300, qui peuvent atteindre jusqu’à 120 kilomètres, et un grand stock de S-400, une version plus récente qui peut atteindre trois fois cette distance. En août, Vadym Skibitsky, le deuxième en charge du GUR, proposait le chiffre de 585 missiles capables d’atteindre plus de 500 kilomètres.

En ce qui concerne la capacité de production, plusieurs experts estiment qu’elle serait de l’ordre d’une centaine de missiles balistiques ou de croisière par mois. En octobre, le GUR évaluait la production à 115 unités.

Il est également rapporté que la Russie aurait acquis des missiles à courte portée en Iran et en Corée du Nord et continuerait à en acheter. Reuters, en se basant sur plusieurs sources iraniennes, mentionne que 400 missiles iraniens de la famille Fateh-110 (portée de 300 à 700 kilomètres) auraient été livrés à partir de janvier, date à laquelle un accord avait été apparemment conclu. Le nombre de missiles nord-coréens obtenus par la Russie n’est pas connu, mais 24 ont été tirés en Ukraine entre le 30 décembre 2023 et le 7 février 2024, selon le procureur général, Andriy Kostin. Les experts qui ont étudié les débris et les trajectoires pensent qu’il s’agit probablement de missiles KN-23 et KN-24 qui ont une portée d’environ 400 kilomètres.

Et qu’en est-il des avions de combat F-16 ?

En août 2023, les États-Unis ont approuvé un transfert d’avions de combat F-16 à l’Ukraine, répondant ainsi à une demande à long terme du président ukrainien. En Europe, il existe une éventuelle flotte de plus de 300 F-16 répartis dans neuf pays, dont la Belgique, le Danemark, la Grèce, le Portugal et les Pays-Bas. Cependant, tous les pays disposant de ces avions ne sont pas tous capable d’en transporter rapidement.

Le chiffre de 42 F-16 promis par les alliés occidentaux à Kiev a été avancé par Volodymyr Zelensky, mais cette information n’est pas confirmée. Le Danemark, à titre d’exemple, a promis 19 avions. Les premiers 6 ne devraient pas être livrés avant fin 2023, 8 autres seront suivis en 2024 et 5 supplémentaires en 2025, comme l’a indiqué le Premier ministre danois, Mette Frederiksen. Les Pays-Bas, qui ont également promis des F-16, ont 42 unités, mais n’ont pas précisé combien ils comptaient en transférer.

En outre, les pilotes ukrainiens doivent être formés pour ces avions de combat américains. Pour cela, onze pays alliés de Kiev se sont engagés à former des pilotes. L’OTAN a estimé que les soldats ukrainiens ne pourraient utiliser les avions en situation de combat qu’au début de 2024, tandis que d’autres experts prévoient l’été de la même année. Cela soulève la question du commerce d’aide militaire que ses alliés offrent à Kiev.

Selon le dernier rapport de l’Institut Kiel, publié en février 2024, le soutien occidental à Kiev connaît un essoufflement depuis deux ans suite à l’intensification de la guerre. Entre août 2023 et janvier 2024, les nouvelles aides ont diminué par rapport à la même période de l’année précédente. En outre, ce déclin pourrait s’accentuer, le Sénat américain ayant des difficultés à approuver de nouvelles aides et l’Union européenne (UE) peinant à approuver une aide de 50 milliards le 1er février 2024, en raison de l’opposition hongroise. À noter que ces deux packs d’aide n’ont pas encore été inclus dans le dernier rapport de l’Institut Kiel, qui s’arrête en janvier 2024.

Selon les chiffres de l’institut allemand, le nombre de donateurs a diminué et s’est centralisé autour d’un groupe de pays : les États-Unis, l’Allemagne, et les pays du nord et de l’est de l’Europe. Ces pays s’engagent à soutenir Kiev avec une aide financière importante et des armes avancées. Depuis février 2022, le montant total des engagements pour le soutien militaire, financier ou humanitaire à Kiev s’élève à au moins 276 milliards d’euros.

En termes de valeur absolue, les pays les plus riches ont été les plus généreux. Les États-Unis sont le premier donateur avec plus de 75 milliards d’euros d’aide annoncée, dont 46,3 milliards sont consacrés à l’aide militaire. Les pays de l’UE ont annoncé des aides bilatérales (64,86 milliards d’euros) et des aides communes de l’UE (93,25 milliards d’euros), pour une somme totale de 158,1 milliards d’euros.

Dans le contexte du produit intérieur brut (PIB) de chaque pays donateur, le classement des contributions change considérablement. Les États-Unis tombent au vingtième rang, contribuant à hauteur de 0,32% de leur PIB, un score largement inférieur à celui des pays voisins de l’Ukraine et des anciennes républiques soviétiques. L’Estonie se hisse au premier rang avec une contribution de 3,55% de son PIB, suivi par le Danemark (2,41%) et la Norvège (1,72%). Le reste du top 5 est constitué par la Lituanie (1,54%) et la Lettonie (1,15%). Les trois États baltes, qui partagent tous des frontières avec la Russie ou son alliée, la Biélorussie, sont parmi les donateurs les plus généreux depuis le début du conflit.
Quant à la répartition des contributions en pourcentage du PIB, la France se classe vingt-septième, avec 0,07% de son PIB engagé, juste après la Grèce (0,09%). L’aide apportée par la France est en diminution continue depuis l’initiation de l’invasion de l’Ukraine par la Russie – la France se classait vingt-quatrième en avril 2023 et treizième à l’été 2022.
Qu’en est-il des tensions à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne?

Les tensions entre l’Ukraine et la Pologne ont été à leur comble ces derniers mois, principalement à cause du transit des céréales ukrainiennes. En 2022, face à cette situation, la Commission européenne avait instauré des « corridors de solidarité » afin d’encourager l’exportation et la commercialisation de produits agricoles ukrainiens sans taxation vers l’Afrique et le Moyen-Orient. Depuis le commencement de cette situation tendue, presque la moitié des céréales produites par l’Ukraine transitent ou terminent leur voyage dans l’Union européenne, d’après la Fondation Farm, un groupe de discussion sur les questions agricoles mondiales. Néanmoins, ces céréales ukrainiennes sont vendues à des prix nettement inférieurs à ceux du blé produit par l’UE, en particulier dans les pays de l’Europe centrale.

Soutenant que ces importations de céréales perturbent leur marché local et affectent ainsi les profits de leurs agriculteurs locaux, cinq pays – la Pologne, la Bulgarie, la Hongrie, la Roumanie et la Slovaquie – ont choisi en avril 2023 d’interdire leurs importations de céréales ukrainiennes. Bruxelles a accepté cette interdiction, à condition qu’elle n’entrave pas le transit vers d’autres nations et qu’elle dure seulement quatre mois. Cependant, considérant que le problème de base persistait, la Pologne a choisi de maintenir sa frontière fermée aux céréales ukrainiennes après l’été, même si Bruxelles jugeait que l’embargo n’avait plus lieu d’être vu que leurs études montraient qu’il n’y avait plus de déformation des marchés nationaux pour les céréales.

Le mouvement de protestation mené par les agriculteurs polonais se maintient aux frontières ukraino-polonaises, entravant l’accès aux poids lourds ukrainiens souhaitant pénétrer sur le sol polonais. Les manifestants exigent une interdiction totale des biens agroalimentaires en provenance d’Ukraine. Ils pointent du doigt l’augmentation conséquente de leurs frais de production, conjuguée à la saturation des entrepôts et silos et la baisse des prix. En 2024, face à ce blocage frontalier, le chef de l’État ukrainien avait interpellé la dégradation de la solidarité envers son pays, sollicitant des discussions avec la Pologne. Selon lui, ces tensions ne profiteraient qu’à Moscou, avec l’émergence de slogans favorables à Poutine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1386
Actualité

Gouverneur du Texas gracie meurtrier antiraciste

23 mai 2024
Texte réécrit : "RAPPORT DE NEW YORK En plein été 2020, une paire de mois après le tragique décès de George Floyd, un Afro-Américain, tué par un officier de police…
example 1384
Actualité

« Cauet en vue pour agressions sexuelles »

23 mai 2024
Sébastien Cauet, animateur de renom, est en détention préventive depuis mercredi dans le contexte d'une enquête qui l'accuse de viols et d'agressions sexuelles, des allégations qu'il réfute, nous l'a-t-on révélé…
example 1383
Actualité

Projet de réforme audiovisuelle repoussé

23 mai 2024
Le plan de fusion des médias publics soutenu par Rachida Dati, la ministre de la Culture, est en retard. Son évaluation à l'Assemblée nationale a été différée le jeudi 23…