×
google news

« Japon: Fêtes des Corps Nus, Rituels d’Exorcisme »

Suite à une suspension de trois ans due à la crise sanitaire du Covid-19, les « festivals de nudité » (hadaka matsuri) ont recommencé au Japon. Ces cérémonies, qui célèbrent la pureté et l’inauguration du cycle de l’agriculture en février (le commencement de l’année lunaire), existent depuis des siècles et attirent toujours des milliers de participants – ainsi qu’un grand nombre de touristes.

Leur composition a changé à cause du double impact du vieillissement de la population et de l’avancement progressif (quoique modeste) de l’égalité des genres au Japon. Les femmes n’étaient pas explicitement interdites à ces festivités, où les hommes sont vêtus uniquement d’un fundoshi – un bandeau de coton blanc long et tordu qui est porté entre les jambes et noué autour de la taille. Elles jouaient un rôle essentiel dans leur organisation et les encourageaient en tant que spectatrices en criant « washoi ! washoi ! » ( Go! Go!). Cependant, les femmes étaient exclues de la plupart des rituels de cette ferveur sacrée jusqu’à récemment.

A partir de cette année, revêtant une veste traditionnelle (happi) qui les couvre jusqu’aux hanches et un short blanc, elles font maintenant partie des cérémonies religieuses dans la plupart des temples et des sanctuaires, portant sur leurs épaules de longues tiges de bambou auxquelles les vœux des habitants sont attachés. Cependant, elles restent encore en marge du tumulte des hommes. Bien que largement médiatisée, cette évolution est en réalité moins importante qu’elle ne le semble, car avant la révolution de Meiji (1868), les festivals étaient mixtes : en adoptant les normes de la bienséance occidentale, les leaders de l’époque avaient exclu les femmes de ces explosions collectives d’énergie.

La purification et le bouc émissaire.

Dans la réalité, ces célébrations des corps dénudés débutent au couchant. Des hommes de tous âges, par centaines voire par milliers, la tête ceinte d’un bandeau enroulé (hachimaki) pour empêcher la sueur d’obstruer leur vision, revêtent un fundoshi et commencent par une purification : ils plongent leurs pieds dans un fleuve ou la mer et se douchent avec de l’eau froide à partir de seaux. Ensuite, après avoir prié pour des récoltes abondantes, ils se précipitent dans une foule de corps partiellement nus, brandissant des lanternes sur un chemin potentiellement enneigé qui mène à un temple bouddhiste ou à un sanctuaire shintoïste (culte polythéiste local visant à harmoniser l’homme avec son environnement), en scandant « Jassa joyasa ! » (« Éloignez-vous, esprits malins ! ») qui résonne dans les bois environnants. La lutte se poursuit à l’intérieur du temple ou du sanctuaire, dans le but de saisir les talismans lancés par les moines en l’air. Vous avez encore 74.12% de l’article à lire. La suite est disponible uniquement pour les abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1614
Actualité

« Lutte contre le crime: statut italien »

27 mai 2024
Le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, a annoncé le 28 avril son souhait d'adapter le statut du "repenti" à l'image de la loi italienne. Cette déclaration a rapidement été…
example 1612
Actualité

« Plus de 200 arrestations en Arménie »

27 mai 2024
La police d'Arménie a déclaré, le lundi 27 mai, avoir arrêté plus de deux centaines de protestataires contre le gouvernement qui essayaient de barrer des voies de communication principales de…
example 1609
Actualité

Palmade en procès pour accident 2023

27 mai 2024
Le comédien Pierre Palmade sera traduit en justice pour des blessures accidentelles qu'il a infligées lors d'un grave accident de circulation qu'il a causé en février 2023, sous l'influence de…