×
google news

« Arizona valide loi anti-avortement, exceptions limitées »

La Cour suprême de l’Arizona, la juridiction la plus suprême de l’état, a jugé le mardi 9 avril qu’une loi de 1864, presque totalement prohibitrice de l’avortement, était désormais applicable. Cette décision symbolique pourrait avoir des répercussions significatives sur les prochaines élections présidentielles dans cet Etat-clé du sud des États-Unis.

La loi en question interdit tous les avortements dès la conception, à moins que la vie de la mère ne soit en danger. Les cas de viol ou d’inceste ne sont pas considérés comme des exceptions légitimes. Cependant, la procureure générale de l’Arizona, la démocrate Kris Mayes, avait averti bien avant qu’elle ne poursuivrait pas cette loi.

La loi, qui était en veilleuse depuis de nombreuses années, peut désormais être mise en œuvre, selon une décision de la Cour suprême de l’Arizona. Ses juges ont déterminé qu’aucun obstacle ne s’opposait à son application depuis que la protection constitutionnelle de l’avortement a été abrogée en 2022, laissant chaque État légiférer sur ce sujet. Bien que la loi ne semble pas être mise en application pour l’instant, les choses pourraient évoluer en fonction des résultats des élections – aux États-Unis, les procureurs sont élus.

Pour les prochaines élections, l’avortement est un sujet majeur pour le mouvement conservateur depuis des années, mais l’abrogation de la protection fédérale du droit à l’avortement a été très impopulaire auprès du public américain dans plusieurs scrutins récents. Cette décision de l’Arizona renforce donc l’importance des enjeux électoraux en vue de la présidentielle, notamment dans un état crucial où Joe Biden a battu Donald Trump par une faible marge de 10 000 voix en 2020.

Lundi dernier, M. Trump a exprimé explicitement son désir de laisser chaque État américain décider de sa propre législation concernant l’avortement si jamais il revient à la Maison Blanche. « C’est aux Etats de décider, par vote ou par loi, voire les deux. Ce qu’ils décident doit avoir une valeur légale », a-t-il annoncé.

D’un autre côté, Joe Biden a vivement critiqué une telle décision, qu’il a qualifiée de « cruelle » mardi dernier. Pour lui, cette interdiction de l’avortement est « encore plus radicale et dangereuse ». Le président des États-Unis juge que cette décision judiciaire dans cet État clé pour les élections présidentielles de novembre est le résultat des efforts des élus républicains « déterminés à priver les femmes de leur liberté ».

Peu après, Kamala Harris, sa vice-présidente, a déclaré qu’elle se rendrait à Tucson, dans le sud de l’Arizona, vendredi pour un événement de campagne en faveur de la « liberté de reproduction ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1537
Actualité

Remaniement surprise en Tunisie: Ministre écarté

26 mai 2024
Le chef d'État tunisien, Kais Saïed, a surpris tout le monde en opérant un remaniement gouvernemental inattendu ce samedi 25 mai. Un communiqué de la présidence tunisienne, publié sans justification,…
example 1535
Actualité

« Le chien, le nouvel enfant familial »

26 mai 2024
"« Prenez soin de notre bébé, il risque surement de se mettre à pleurer. Voici son jouet préféré... », ce sont les consignes que reçoit habituellement Laetitia Lacote, âgée de…