×
google news

« Vigilance rouge Indre-et-Loire, recherche Haute-Vienne »

Il y a eu et il y a encore de nombreux déplacements en Indre-et-Loire et en Vienne, suite aux importantes inondations qui ont commencé samedi dans le Centre-Ouest du pays. Les autorités sont toujours à la recherche d’un kayakiste.

Samedi vers 16 heures, des témoins ont signalé que le kayakiste était en difficulté près de la ville d’Aixe-sur-Vienne (Haute-Vienne), à une distance d’environ 10 kilomètres à l’ouest de Limoges. Il semblait qu’il avait du mal à se diriger et c’est pourquoi les recherches ont commencé. Les détails ont été fournis par le secrétaire général de la préfecture de la Haute-Vienne, Laurent Monbrun, à l’Agence France-Presse (AFP). Malgré les efforts poursuivis dimanche, avec le soutien d’un hélicoptère, la personne n’a pas été retrouvée selon la préfecture. Les opérations de recherche reprendront lundi matin, dans une zone désormais en décrue et sans vigilance particulière.

Plus au nord, l’Indre-et-Loire est toujours en vigilance rouge pour la journée de lundi et la Vienne a été placée en vigilance orange par Météo-France dimanche soir. Dans ces trois départements – la Haute-Vienne, la Vienne et l’Indre-et-Loire -, le gouvernement a déclenché la procédure d’urgence de reconnaissance de la catastrophe naturelle, a déclaré M. Darmanin dimanche soir sur X.

Les inondations qui ont frappé les régions de la Creuse et de la Vienne ont touché un total de 34 municipalités, qui ont toutes activé leurs plans de sauvegarde communaux. Plus de 450 pompiers ont été envoyés sur le terrain dans toute la région du Centre-Ouest, et environ 30 routes ont été submergées, d’après une source policière.

Les inondations de 2007 en Indre-et-Loire pourraient être dépassées cette année. Tout un quartier de Chinon et plusieurs villages avoisinants prévoient d’évacuer des centaines de personnes en raison du niveau d’eau croissant de la Vienne. Les résidents ont reçu un message d’urgence sur leur téléphone mobile leur demandant de fermer l’eau, le gaz et l’électricité avant de quitter leur domicile.

Au même moment, un grand nombre de camions de pompiers étaient garés sur le quai Danton, au bord du fleuve en crue. Une journaliste de l’AFP a également vu des camions de pompiers sur le pont reliant le centre-ville au quartier Saint-Jacques situe en face. Selon un communiqué de presse de la préfecture d’Indre-et-Loire, environ 750 personnes pourraient être obligées d’évacuer à cause de la crue dans les secteurs de Chinon, Savigny-en-Véron, Beaumont-en-Véron et Saint-Germain-sur-Vienne.

La préfecture d’Indre-et-Loire a également annoncé l’établissement de deux centres de secours d’urgence, un dans un gymnase et l’autre dans un centre de loisirs. Ces centres seront gérés par des organisations de sécurité civile. Actuellement, 150 gendarmes et pompiers sont en action pour gérer cette crise.

Entre 3h et 5h du matin lundi, il est possible de voir les crêtes de l’inondation à Chinon, avec des hauteurs projetées entre 5,30 m et 5,62 m, surpassant potentiellement l’inondation de mars 2007 (5,39 m). Dimanche soir à 22h, la rivière Vienne s’est élevée jusqu’à 5,24 m, touchant presque les arcades du pont et emportant plusieurs troncs d’arbres dans son courant, a observé un journaliste de l’AFP.

« La sévérité tant redoutée ne s’est pas manifestée »
Jusqu’à dimanche soir, seules 154 personnes ont été évacuées dans le département, y compris 73 résidents d’une résidence pour personnes âgées à L’Île-Bouchard, située sur les rives de la Vienne.
En amont, à Nouâtre, une ville de 900 habitants, le niveau de l’eau a monté plus de six mètres en 36 heures, dépassant le record du 8 janvier 1982. Plus au nord, la rivière Creuse a atteint un niveau de 7,34 m à Descartes, surpassant l’inondation du 4 mars 1923.
Les inondations ont été moins significantes que ce qui avait été craint samedi soir. « Il y a eu des dommages, mais l’intensité ne s’est pas révélée aussi forte que nous le craignions », a déclaré le préfet d’Indre-et-Loire, Patrice Latron, lors d’une conférence de presse. Malgré tout, la préfecture avertit du risque de « ruptures ou débordements de digues » et de la dangerosité des « zones souterraines, comme les parkings souterrains ».

Dans le département de la Vienne, la crue de la rivière Creuse a surpassé les chiffres historiques de 1982, atteignant un niveau de 6,78 mètres à la Roche-Posay. Les responsables de Vigicrues prévoient une nouvelle hausse du niveau qui pourrait se rapprocher du record établi en 1896. Cette montée des eaux s’est propagée aux maisons en bord de rivière et a transformé l’hippodrome en un vaste lac, sans toutefois atteindre le centre-ville situé sur une élévation.

Jean-Louis Olivier, président de la société des courses et résident de la Roche-Posay depuis les années 60, a témoigné du fait que c’était la plus grande crue qu’il ait jamais vue. À la suite des fortes pluies survenues pendant deux jours, la Creuse, la Gartempe et la Vienne ont atteint des niveaux record qui se comparent à 100 mm de pluie sur deux jours, soit deux mois de précipitations, selon un communiqué de la préfecture de la Vienne.

Ainsi, 150 membres des services de sécurité, y compris des pompiers et des gendarmes, se mobilisent dans la région et le réseau d’eau potable a été coupé dans trois communes du sud de la Vienne suite aux crues. La préfecture a également signalé que trois autres communes étaient en difficulté en Indre-et-Loire, et que des distributions d’eau ont été organisées. Enfin, le préfet d’Indre-et-Loire a estimé que la crue de la rivière Creuse dépasse les crues décennales et pourrait même être considérée comme une crue centennale. Par conséquent, quatre départements ont été placés en vigilance orange.

Dans l’Indre, une vigilance jaune est actuellement en vigueur pour les inondations et les orages, selon un communiqué de la préfecture diffusé dimanche matin. Bien que la situation se soit améliorée, une certaine prudence est nécessaire. En dépit de la diminution des risques d’inondations au niveau de la Creuse médiane et de l’Indre Amont, trente-sept foyers restent sans électricité, informe la préfecture.

De plus, Météo-France a classé les départements de la Charente, de la Charente-Maritime, de la Gironde et de la Dordogne en vigilance orange pour les crues. En revanche, La Haute-Vienne n’est plus concernée.

Une alerte orange pour risque d’avalanches a également été émise pour les Alpes-de-Haute-Provence et les Alpes-Maritimes, en particulier pour le massif du Mercantour, à partir de dimanche après-midi. Ces précipitations intenses sont prévues pour dimanche soir et la nuit suivante. Des avalanches ont déjà été signalées sur la route d’Isola 2000, avertit Météo-France dimanche. La route vers cette station de ski des Alpes du Sud, dont la saison devait se terminer le 14 avril, a été fermée dans les deux directions pour une durée indéterminée, selon un communiqué de la métropole de Nice.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 823
Actualité

« Conscience d’être ni homme, ni femme »

14 avril 2024
La toute première fois que j'ai été exposé au concept de non-binarité, c'était via les médias sociaux. À l'époque, j'avais 20 ans et je cherchais des informations sur l'homosexualité féminine,…
example 822
Actualité

Lorsque le Che et Mandela étaient reçus à Gaza

14 avril 2024
Avant le blocus d'Israël instauré en 2007, avec le soutien de l'Egypte, qui a isolé la bande de Gaza du monde extérieur, cette zone palestinienne a eu l'honneur d'accueillir au…