×
google news

« Ancien militaire dirige sanctuaire Yasukuni controversé »

Umio Otsuka, un amiral et ambassadeur à la retraite, a assumé le rôle de chef du sanctuaire Yasukuni le lundi 1er avril, marquant ainsi un effort de « renationalisation » du site qui symbolise le militarisme japonais des années 1930 et 1940. Le sanctuaire honore les âmes divinisées de 2,5 millions de soldats tombés lors des guerres japonaises, y compris quatorze criminels de guerre de classe A. Les visites de hauts fonctionnaires japonais au sanctuaire, en particulier celle de l’ancien Premier ministre Shinzo Abe en 2013, provoquent souvent des tensions avec la Chine et les deux Corées, qui ont été victimes de l’impérialisme japonais.

Otsuka a succédé à Takeshi Yamaguchi, un prêtre dont le mandat était terminé, en tant que dirigeant de ce sanctuaire shinto situé en plein coeur de Tokyo. « Après 43 ans de service pour la paix mondiale, je suis honoré de pouvoir servir dans ce ‘sanctuaire de la paix’, qui est dédié aux esprits de ceux qui ont sacrifié leur vie pour leur nation », a déclaré Otsuka.

Umio Otsuka, né à Tokyo en 1960, a débuté sa carrière en tant que militaire, intégrant les Forces Maritimes d’Autodéfense du Japon en 1983. Au sein de ce corps défensif, il a supervisé l’école des officiers supérieurs et a ensuite dirigé le service de renseignement du ministère de la défense. Après sa retraite en 2019, il a été nommé ambassadeur à Djibouti jusqu’en novembre 2023, un poste clé étant donné la présence d’une base des FJA dans ce pays. Sa femme, Yoshie Nakatani, est également une figure diplomatique, servant en tant qu’ambassadrice à la tête du bureau de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques à Tokyo.

Otsuka est donc un professionnel établi à la fois dans les domaines militaire et diplomatique du Japon. Ses expériences ont ajouté une note politique à sa sélection par les responsables de Yasukuni. Dans une newsletter du sanctuaire publiée en février, Otsuka explique avoir visité fréquemment Yasukuni, accompagnant des groupes de diplomates et de militaires étrangers.

Créé en 1869 sous le nom de « Tokyo Shokonsha » mais renommé Yasukuni (signifiant « pays apaisé »), ce sanctuaire a été érigé pour rendre hommage aux soldats qui ont perdu la vie durant la guerre de Boshin de 1868-1869, qui a marqué la fin du shogunat de l’ère d’Edo (1603-1868). Jusqu’à l’issue de la seconde guerre mondiale, le sanctuaire était sous le contrôle des ministères de l’armée et de la marine.

Traditionnellement, le rôle de supérieur était dévolu aux membres de la noblesse. Selon Koichi Nakano, de l’Université Sophia à Tokyo, « ce sanctuaire transformait les soldats tombés au combat pour l’Empire en divinités héroïques qui avaient sacrifié leur vie pour la paix du Japon ».

Il reste encore 37,83% de cet article à parcourir. La continuation est exclusivement pour les souscripteurs.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1144
Actualité

A13 bloquée entre Paris et Normandie

19 avril 2024
La Dirif, l'autorité en charge des routes en Ile-de-France, a annoncé le vendredi 19 avril qu'une partie de l'autoroute A13 sera complètement fermée suite à la détection de problèmes d'infrastructures…
example 1141
Actualité

« Deal virtuel » : business habituel pour jeunes

19 avril 2024
Au lever du jour le 9 avril, l'atmosphère du May-sur-Evre (Maine-et-Loire) a pris une teinte bleue, celle des lumières clignotantes de la gendarmerie qui ont inondé ce petit village rural…