×
google news

« Zuma, ex-président, exclu des élections »

La commission électorale a statué, le jeudi 28 mars, que l’ex-président Jacob Zuma est inéligible pour les élections imminentes en Afrique du Sud. Ceci aggrave les tensions dans un climat électoral déjà tendu qui pourrait présenter des défis pour l’African National Congress (ANC), au pouvoir depuis la fin de l’apartheid. Les élections législatives, qui détermineront le futur président, auront lieu le 29 mai.

Jacob Zuma, ancien membre influent de l’ANC au pouvoir depuis trente ans, a surpris en décembre en apportant son soutien à un petit parti radical récemment formé, l’Umkhonto We Sizwe (MK, la pointe de l’épée de la nation en zoulou). Cette nouvelle a été un choc pour l’ANC, qui est en déclin selon les sondages, suite à de nombreux scandales de corruption et une situation socio-économique déprimante. Pour la première fois, le parti risque de perdre sa majorité au parlement, ce qui le forcerait à former un gouvernement de coalition.

Selon les sondages les plus récents, l’ANC gagnerait juste au-dessus de 40% des voix en mai, tandis que le premier parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA), récolterait environ 27% et le MK, 13%.

« Concernant l’ex-président Zuma, nous avons reçu une réclamation qui a été acceptée, » a déclaré le président de la commission électorale, Mosotho Moepya. « Le parti qui l’a proposé a été notifié, tout comme ceux qui ont déposé la réclamation. » Il a ajouté, sans donner de détails sur les motifs de l’exclusion, qu’un appel est possible jusqu’au 2 avril.

Le porte-parole du MK, Nhlamulo Ndlhela, a informé l’Agence France-Presse que le parti contestera toute objection soulevée contre leur position devant le tribunal électoral. La commission électorale a reitéré que la Constitution interdit à quiconque a été condamné à une peine d’emprisonnement supérieure à douze mois sans la possibilité de substituer une amende de se présenter aux élections.

L’ancien président Jacob Zuma, 81 ans, qui a déjà servi deux mandats entre 2009 et 2018, est actuellement impliqué dans plusieurs affaires de corruption et a été condamné en 2021 à quinze mois de prison pour outrage. Théoriquement, il ne peut pas se présenter à un autre mandat. Les troubles et les pillages qui ont suivi son incarcération en juillet 2021 ont entraîné la mort de plus de 350 personnes, ce qui représentait une vague sans précédent de violence depuis la fin de l’apartheid.

Récemment, M. Zuma a tenté de semer la zizanie au sein de l’ANC, qualifiant régulièrement ses membres de « traîtres » et appelant à « reprendre le pays ». Il a déclaré qu’il ne reconnaissait plus le parti avec lequel il avait lutté contre l’apartheid.

L’ANC a tenté de contrer cette agitation en cherchant à interdire au parti MK de participer aux élections mais une première tentative visant à faire rayer ce nouveau parti des listes électorales a été rejetée par un tribunal, jugeant cet argument insuffisamment étayé.

L’ANC a requis que le parti soutenu par Jacob Zuma fasse une refonte complète de son identité, notamment son nom et son logo, lequel est accusé de « vol de propriété intellectuelle et de patrimoine ». Initialement, MK était le nom de la division militaire de l’ANC pendant les années de résistance contre la domination blanche. L’ANC a engagé une action en justice contre « l’exploitation illégale des marques, symboles et du patrimoine de l’ANC ». Une décision est attendue dans les jours à venir.
Les listes définitives des candidats aux élections doivent être soumises dans environ deux semaines. Au total, la commission a reçu 82 plaintes relatives à des candidats nommés par 21 partis.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 823
Actualité

« Conscience d’être ni homme, ni femme »

14 avril 2024
La toute première fois que j'ai été exposé au concept de non-binarité, c'était via les médias sociaux. À l'époque, j'avais 20 ans et je cherchais des informations sur l'homosexualité féminine,…
example 822
Actualité

Lorsque le Che et Mandela étaient reçus à Gaza

14 avril 2024
Avant le blocus d'Israël instauré en 2007, avec le soutien de l'Egypte, qui a isolé la bande de Gaza du monde extérieur, cette zone palestinienne a eu l'honneur d'accueillir au…