×
google news

« Popularité en école d’ingénieur: l’écrasement »

La première perception réelle de mon échec scolaire est survenue juste après mes examens de mi-session en janvier, à peine quatre mois après le début de l’année scolaire: j’avais échoué à tous. J’avais pleinement participé à la vie sur le campus, participant aux activités d’intégration du week-end, aux fêtes constantes et à des campagnes épuisantes dans l’espoir d’être élue au comité étudiant.

Venir d’une classe préparatoire de province, je ne m’attendais pas à réussir l’examen d’admission de l’une des principales écoles d’ingénieurs de Paris. Mes objectifs n’étaient pas si élevés, bien que j’ai toujours été en tête de ma classe. Contrairement aux étudiants parisiens qui rentrent chez eux tous les week-ends, j’ai choisi de rester sur le campus pour me faire des amis et m’intégrer dans la culture des écoles d’ingénieurs. J’ai rapidement remarqué que ceux issus des classes préparatoires parisiennes étaient très à l’aise, ils avaient déjà des relations et partageaient les mêmes codes sociaux. De notre côté, nous devions prouver notre valeur.

Toutes les grandes écoles opèrent sur ce modèle d’intégration par les anciens élèves. La première semaine est totalement dédiée à cela et culmine avec le week-end d’intégration, qui est désormais beaucoup plus réglementé, notamment parce que l’école est attentive à la prévention pour éviter les cas d’agressions sexuelles et de beuveries incontrôlées. Cela dit, nous avons passé deux jours à faire des excès, ce qui préfigurait déjà le ton des événements annuels à venir.

Chaque année, la deuxième année d’étudiants est chargée de la planification des célébrations. Une hiérarchie s’établit rapidement, car la popularité dépend de leur approbation et du nombre de points obtenus. Plus audacieux et insoumis on est, plus de points on perd, mais plus on gagne en estime, dans un système de notation inversé. Les étudiants considérés comme les plus à la mode sont donc ceux qui se démarquent.

« Un virilisme fort présent dans les écoles d’ingénieurs »

Suite à la rentrée scolaire, commence la saison des « bars ». Les bars sont des groupes de dix étudiants qui organisent des soirées dans leurs chambres sur le campus. Il existe également une compétition entre ces groupes, l’objectif étant d’organiser la soirée la plus courue, avec la meilleure ambiance musicale, le plus de substances illicites, etc. C’est un rituel d’initiation. Le but est de satisfaire l’association qui supervise la vie festive, menée par la deuxième année d’étudiants, qui jugent les meilleures fêtes. Comme tout le monde, j’ai organisé un bar dans ma chambre. C’est un premier pas vers les campagnes pour le Bureau des étudiants. C’est également une opportunité pour apprendre à se débrouiller : on y apprend comment gérer un événement de bout en bout. Il faut prévoir un budget pour l’achat d’alcool, la décoration – car les soirées ont des thèmes spécifiques – et organiser le nettoyage du lendemain.

Il reste 63,88% de cet article à lire. Le reste est destiné aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1173
Actualité

Trois otages camerounais libérés au Nigeria

20 avril 2024
Trois travailleurs humanitaires camerounais, associés à l'ONG française Première urgence internationale (PUI), qui ont été retenus en captivité pendant cent jours, ont été libérés le vendredi 19 avril. Ils avaient…
example 1171
Actualité

Pèlerinage juif limité en Tunisie, cause Gaza

20 avril 2024
Suite à l'éruption du conflit entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, l'évènement annuel du pèlerinage juif de la Ghriba à Djerba en Tunisie, qui a généralement…
example 1170
Actualité

« Zelensky implore armes pour Ukraine »

20 avril 2024
Parcourir l'ensemble de nos articles, synthèses et documentaires au sujet du conflit en Ukraine Les écrits, le déchiffrage, et les analyses du « Monde » Ukraine dans le pétrin, Washington…