×
google news

« Guerre Ukraine: Athlètes Russes Exclus, CIO Annonce »

Découvrez tous nos articles, études et reportages sur le conflit ukrainien.
Un aperçu des reportages, études et explications du « Monde »
– Emmanuel Macron plaide pour un soutien « sans frontières » à Kiev, malgré le risque d’isolement au sein de la politique française.
– Les bibliothèques ukrainiennes se nettoient de Pouchkine, Dostoïevski, Tolstoï…
– Une présence à peine visible de soldats occidentaux en Ukraine.
– Des Indiens impliqués sans leur consentement dans l’armée russe.
– L’Ukraine a-t-elle encore la possibilité de remporter la guerre?
– Dans le Donbass, les militaires ukrainiens renforcent leur ligne de défense au plus vite pour freiner les forces russes.
– Chulpan Khamatova, actrice russe, commence un nouveau chapitre de sa vie en exil en Lettonie.
– Le passage à l’ukrainien, un acte de résistance : « Quand j’entends parler russe, ça me donne la nausée ».
– Maria Andreïeva, épouse d’un soldat russe mobilisé: « Je m’en veux de ne pas avoir réussi à retenir mon mari ».
Nos réponses à vos interrogations habituelles.
Comment Moscou et Kiev se servent-ils de drones?
La guerre des drones entre la Russie et l’Ukraine a atteint une dimension sans précédent ces derniers mois. Selon un rapport publié en mai 2023 par un groupe de réflexion britannique spécialisé en défense, les Ukrainiens perdent environ 10 000 drones par mois sur le champ de bataille, soit plus de 300 par jour. Par comparaison, l’armée française possède un peu plus de 3 000 drones dans ses stocks.

Les Ukrainiens et les Russes font principalement usage de petits UAV (véhicules aériens sans pilote, en anglais) civils, économiques et facilement accessibles en nombre conséquent. Ces derniers jouent un rôle crucial dans la surveillance du champ de bataille, guidant les troupes et les tirs d’artillerie, et certains sont même bricolés pour porter de petites charges explosives qui seront par la suite lâchées sur des tranchées ou des véhicules blindés.

Les drones-kamikazes, bien qu’ils soient en moins grand nombre, ont également une importante place sur le champ de bataille. Munis d’une charge explosive, ces UAV sont propulsés au-dessus de la ligne de front sans destination prédéterminée. Moscou emploie les drones russes Lancet-3, ainsi que les Shahed-136 de fabrication iranienne. Dépourvue d’une force navale significative, l’Ukraine répond à l’adversaire en utilisant des engins maritimes sans pilote, des petits kayaks télécommandés et remplis d’explosifs (450 kgs de TNT).

Faisant signe à l’importance cruciale des drones pour leurs opérations, les Ukrainiens et les Russes se sont structurés pour pouvoir soutenir leurs troupes à long terme, non seulement en acquérant une grande quantité de drones civils sur le marché, mais également en établissant des capacités de production nationales. Timides au début de la guerre du Donbass, initiée il y a dix ans, l’industrie nationale ukrainienne a su se renforcer avec le temps. Enfin août dernier, le ministre de la transformation numérique ukrainien a annoncé la création d’une copie du drone russe Lancet, qui sera bientôt mise en service sous le nom de Peroun, dieu slave de la foudre et du tonnerre.

Malgré les sanctions occidentales qui entravent son approvisionnement en pièces électroniques, la Russie a mis en place une usine de fabrication de drones kamikazes, basée sur une conception iranienne telle que les Shahed-136, dans la zone économique spéciale d’Alabouga selon les services de renseignements américains.

Estimer précisément le nombre de missiles en possession de l’armée russe est une tâche complexe, voire irréalisable. Bien que les services de renseignement ukrainiens partagent régulièrement des informations à ce sujet, la véracité de ces données suscite des doutes. D’après le porte-parole du renseignement du ministère de la défense Andri Ioussov, l’armée russe possédait 2 300 missiles balistiques ou de croisière avant le conflit et avait encore en stock plus de 900 au début de l’année. À cette quantité s’ajoutent une dizaine de milliers de missiles antiaériens S-300 avec une portée d’environ 120 kilomètres, ainsi qu’un stock crucial de missiles S-400, une version plus récente avec une portée trois fois supérieure. Le sous-directeur du renseignement, Vadym Skibitsky, a dévoilé en août le chiffre de 585 missiles avec une portée dépassant les 500 kilomètres.

Concernant les capacités de production, elles auraient augmenté, atteignant une centaine de missiles balistiques ou de croisière par mois, d’après plusieurs spécialistes. En octobre, le GUR estimait cette production à 115 exemplaires.

D’après le rapport de Reuters, citant plusieurs sources iraniennes, la Russie aurait acquis des missiles de courte portée de l’Iran et de la Corée du Nord, et continuerait d’en acheter. En janvier, un accord a été concrétisé pour la livraison de 400 missiles iraniens de type Fateh-110, d’une portée de 300 à 700 kilomètres. L’information sur le nombre de missiles nord-coréens que la Russie a acquis reste inconnue, mais entre le 30 décembre 2023 et le 7 février 2024, 24 d’entre eux ont été lancés en Ukraine, selon Andriy Kostin, le procureur général. Après évaluation des expert, il est probable que ces missiles sont des KN-23 et KN-24, avec une portée d’environ 400 kilomètres.

Concernant les avions de combat F-16, répondant à une requête de longue date du président ukrainien, en août 2023, les États-Unis ont approuvé le transfert de ces avions à l’Ukraine. Plus de 300 F-16 se trouvent dans neuf pays européens, y compris la Belgique, le Danemark, la Grèce, les Pays-Bas et le Portugal. Toutefois, tous ces pays ne peuvent pas les céder immédiatement.

Bien que le président Zelensky ait déclaré que 42 F-16 avaient été promis par les alliés occidentaux à Kiev, cette affirmation n’a pas été vérifiée. Le Danemark a promis d’en donner 19, dont les six premiers ne seront livrés qu’à la fin de 2023, suivis de huit en 2024 et cinq en 2025, selon la première ministre danoise Mette Frederiksen. Les Pays-Bas ont également promis des F-16, ils en possèdent 42 mais n’ont pas indiqué combien ils prévoient de céder.

En ce qui concerne la formation des pilotes ukrainiens aux avions de combat américains, onze pays alliés à Kiev ont pris la responsabilité de former ces pilotes. Selon l’OTAN, ceux-ci ne seront aptes à utiliser ces avions dans des situations de combat qu’au début de 2024, bien que certains experts ciblent l’été de la même année.

Quelle aide militaire les alliés fournissent-ils à Kiev?

Deux ans après le déclenchement des hostilités à grande échelle, le soutien occidental à Kiev semble s’essouffler. Les aids récents sont en déclin entre août 2023 et janvier 2024, comparativement à la même période l’année précédente, selon le plus récent rapport de l’Institut Kiel, publié en février 2024. Cette tendance pourrait bien continuer, car le Sénat américain a du mal à ratifier des aides et l’Union européenne (UE) a eu du mal à approuver une aide de 50 milliards le 1er février 2024, principalement en raison de l’opposition hongroise. Il est à noter que ces deux paquets d’aide ne sont pas encore inclus dans le dernier bilan réalisé par l’Institut Kiel, qui ne va que jusqu’à janvier 2024.

L’institut allemand révèle que le nombre de donateurs diminue et se recentre autour d’un groupe de pays : les États-Unis, l’Allemagne, les pays du nord et de l’est de l’Europe. Ces pays promettent à la fois une aide financière importante et des armes de pointe. Au total, depuis février 2022, les pays qui soutiennent Kiev se sont engagés à à fournir au moins 276 milliards d’euros en termes d’aide militaire, financière ou humanitaire.

De manière absolue, les nations les plus prospères se sont avérées être les plus magnanimes. Avec plus de 75 milliards d’euros d’aide promis, dont 46,3 milliards pour l’aide militaire, les États-Unis sont les principaux contributeurs. Les pays de l’Union européenne ont promis tant des aides bilatérales (64,86 milliards d’euros) que des aides mutualisées issues des fonds de l’Union européenne (93,25 milliards d’euros), pour un total de 158,1 milliards d’euros.
En revanche, en associant ces donations au produit intérieur brut (PIB) de chaque pays donateur, le classement s’altère. Les États-Unis tombent au vingtième rang (0,32 % de leur PIB), loin derrière des pays proches de l’Ukraine ou des ex-républiques soviétiques alliées. L’Estonie se positionne en tête du classement des aides en proportion du PIB à 3,55 %, suivie par le Danemark (2,41 %) et la Norvège (1,72 %). La Lituanie (1,54 %) et la Lettonie (1,15 %) complètent le top 5. Les trois États baltes, partageant tous des frontières avec la Russie ou son alliée la Biélorussie, figurent parmi les contributeurs les plus généreux depuis le déclenchement du conflit.
Au classement relatif au pourcentage du PIB, la France est vingt-septième, ayant engagé 0,07 % de son PIB, juste après la Grèce (0,09 %). L’assistance fournie par la France diminue régulièrement depuis le commencement de l’invasion de l’Ukraine par la Russie – la France était vingt-quatrième en avril 2023, et treizième à l’été 2022.
Qu’en est-il des tensions à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne ?

Pour plusieurs mois maintenant, l’Ukraine et la Pologne sont en désaccord. Au centre de cette tension se trouve l’exportation de céréales ukrainiennes. Au printemps de l’année 2022, la Commission européenne a instauré des « routes de solidarité » pour favoriser l’évacuation et la vente sans taxes douanières de produits agricoles d’Ukraine, notamment vers l’Afrique et le Moyen-Orient. Toutefois, selon la Fondation Farm, une think tank spécialisée en agriculture mondiale, depuis le commencement du conflit, environ 50% des céréales ukrainiennes sont transitées ou arrivent à destination au sein de l’Union européenne (UE). Ces céréales sont vendues à un prix très inférieur à celui du blé produit localement en Europe, surtout dans les pays d’Europe centrale.

La Pologne, avec la Bulgarie, la Hongrie, la Roumanie et la Slovaquie, qui maintiennent que ces importations perturbent leur marché intérieur et menacent les revenus de leurs agriculteurs, ont en conséquence unilatéralement gelé leurs importations en avril 2023. Bruxelles a accepté cet embargo, sous réserve que n’empêche pas le transit vers d’autres nations et qu’il ne dure que quatre mois. Toutefois, Warsovie a maintenu la fermeture de sa frontière à l’importation de céréales ukrainiennes après la fin de l’été, estimant que le problème originel n’a pas été résolu. Cette décision a été prise alors que Bruxelles déclare l’embargo à présent sans fondement, car ses études démontrent une absence de distorsion des marchés nationaux pour les céréales.

Des agriculteurs en Pologne ont mis en place un barrage à la frontière polono-ukrainienne pour stopper l’intrusion des véhicules ukrainiens sur leur sol national. Ils demandent une interdiction totale sur les biens agricoles et les aliments venant d’Ukraine. Ils signalent particulièrement l’augmentation rapide de leurs frais de production alors que leurs entrepôts et silos sont pleins et que les prix sont à leur niveau le plus bas. Au début de 2024, le président ukrainien a noté que le blocus à la frontière polonaise démontre une « dégradation de la solidarité » envers son pays et a sollicité des discussions avec la Pologne. « Seulement Moscou se réjouit » de ces conflits, a-t-il déclaré, tout en critiquant « l’émergence de phrases franchement en faveur de Poutine ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1277
Actualité

« Livre Sur Journée Meurtrière d’Israël »

22 avril 2024
Née en 1994, Lee Yaron travaille comme journaliste pour Haaretz, un journal israélien de gauche que le gouvernement Netanyahu n'apprécie guère. Elle a acquis une certaine notoriété grâce à ses…
example 1276
Actualité

« Salut nazi d’un maire: justice saisie »

21 avril 2024
La préfète du Val-de-Marne a déclaré qu'elle allait porter l'affaire devant le procureur de Créteil à la suite du salut nazi effectué par le maire de Villeneuve-Saint-Georges, Philippe Gaudin, lors…
example 1275
Actualité

L’Ethiopie: Futur eldorado africain cryptomonnaies

21 avril 2024
Malgré une moitié de la population sans accès à l'électricité et une interdiction préalable des cryptomonnaies, l’Ethiopie se positionne pour devenir un pilier dans le minage de bitcoins en Afrique…