×
google news

« Effondrement des universités argentines imminent »

Les universités et l’institut de recherche scientifique de l’Argentine se trouvent dans une situation financière précaire, suite au désintérêt du nouveau gouvernement. Avec la rentrée universitaire qui approche, le manque de financement devient de plus en plus criant. Le gouvernement du président de droite, Javier Milei, a décidé de maintenir le budget de 2024 au même niveau que celui de 2023, malgré une inflation de 276,2% au cours de la dernière année. Cette situation étrangle non seulement l’enseignement supérieur public argentin, mais aussi les instituts de recherche, y compris le Conseil national de la recherche scientifique et technique (Conicet), leur dynamique risquant de devenir paralysée.

Le jeudi 14 mars, une grève générale a entraîné la fermeture des cinquante-sept universités publiques du pays. L’annonce faite le jour précédent par le nouveau ministère de la charge, le ministère du capital humain, proposant une augmentation de 70% du budget des universités à partir de mars sans pour autant inclure les salaires, a été insuffisante pour apaiser la peur et la frustration grandissantes. « La science n’est pas onéreuse, l’ignorance l’est », peut-on lire sur les panneaux affichés lors des manifestations scientifiques.

Emiliano Yacobitti, vice-chancelier de l’université de Buenos Aires (la plus grande université du pays accueillant près de 350 000 étudiants en 2022), souligne que « Cela représente presque 70% de réduction des budgets dans tous les secteurs de l’éducation supérieure ». En plus de cette réduction drastique des dépenses de fonctionnement, il faut aussi compter le gel des salaires, qui a réduit le pouvoir d’achat des argentins d’un tiers en seulement deux mois, et la réduction des bourses de recherche et des fonds alloués aux hôpitaux universitaires. Cette situation risque de « dévaloriser l’éducation publique ».

L’inaccessibilité de l’université pour les enseignants, le personnel et les étudiants en raison des frais de transport et des difficultés à maintenir et sécuriser les bâtiments sont quelques-uns des défis auxquels la recherche et l’enseignement supérieur devront faire face. Emiliano Yacobitti note que la raréfaction des réactifs rend beaucoup de projets scientifiques irréalisables.

Le vice-recteur de l’Université de Buenos Aires craint une dégradation de la qualité de l’éducation, une baisse dans les classements, une dévaluation des diplômes et une diminution des échanges universitaires. Il suspecte le gouvernement de planifier de discréditer l’université publique aux yeux de la société, avec comme objectif final de la fermer ou de la privatiser, une démarche qui nécessiterait une révision constitutionnelle.

Cet article continue, mais le reste est accessible uniquement pour les abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 702
Actualité

« La petite fabrique des meubles se réinvente »

12 avril 2024
Bien que l'image originale ait disparu, Jérôme Bescond, le responsable de l'atelier, a malgré tout conservé une photocopie avec soin. Sur ce cliché, il apparait, jeune et souriant, vêtu de…
example 699
Actualité

« Guerre Ukraine: Estonie qualifie patriarcat terroriste »

12 avril 2024
Consultez tous nos articles, commentaires et reportages concernant le conflit ukrainien Les reportages, commentaires et explications du « Monde » Pourquoi l'extension de la mobilisation en Ukraine soulève-t-elle autant de…
example 696
Actualité

« Stanislav Skrinnik: Danseur et Fabriquant Militaire »

12 avril 2024
L'ancienne gloire du Théâtre d'opéra et de ballet d'Odessa s'est estompée, avec l'absence notable de pièces russes emblématiques, manquées par le public local qui avait une préférence pour celles-ci. Depuis…