×
google news

« Ascometal: Sauvetage Greybull, Soulagement et Inquiétudes »

Le lundi 8 juillet, un soupir général sans grand enthousiasme a été ressenti suite à l’annonce du jugement du tribunal de commerce de Strasbourg qui a approuvé l’unique proposition reçue pour Ascometal, acteur de poids dans l’industrie européenne des aciers spéciaux. Cette proposition émane de Greybull Capital, une société de fonds d’investissement britannique. Avec cette nouvelle, une longue période d’incertitude prend fin. L’entreprise en difficulté a été mise en redressement judiciaire en mars dernier, suite au retrait de l’actionnaire Swiss Steel. Deux repreneurs potentiels, l’italien Venete et le français Europlasma, se sont désistés, laissant Greybull seul en course lors de l’audience du 28 juin.

L’aciérie de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône, 330 employés) a été reprise par l’industriel italien Marcegaglia en fin mai, mais quatre autres sites, employant 780 personnes, étaient toujours en attente de repreneur. Parmi ceux-ci se trouvent l’aciérie de Hagondange (Moselle), où se trouvent le siège social et un centre de recherches, ainsi que les sites de production de Custines (Meurthe-et-Moselle), du Marais à Saint-Etienne (Loire) et des Dunes à Leffrinckoucke (Nord), près de Dunkerque. D’ici le 20 juillet, tous ces sites passeront sous pavillon britannique, et changeront probablement de nom. Greybull s’est engagé à maintenir 760 emplois, ce qui représente la quasi-totalité des postes.

Yann Amadoro, représentant du syndicat CGT, exprime un soulagement prudent suite aux dernières nouvelles, s’interrogeant sur la durabilité de leur situation. Il souligne les inconnues et les risques associés au projet actuel, en particulier la perspective que leur entreprise soit revendue par un fonds d’investissement dans trois ou quatre ans.

Le plan de reprise est soutenu par Greybull, un syndicat spécialisé dans l’achat de compagnies en difficulté. Leur expérience s’étend à divers secteurs, à travers tout l’Europe, et comprend des parcours d’entreprises réussis et ratés. Greybull prévoit, aux côtés d’un engagement de l’État à verser un prêt de 85 millions d’euros, 90 millions d’euros d’investissement dans l’entreprise – mais pas avant un an, insiste M. Amadoro. Les travailleurs craignent que le changement de gouvernement pourrait compromettre cette situation, bien que leur soit assuré que non.

Le projet lui-même est audacieux, impliquant une diversification hors du secteur automobile et l’exploration de marchés dans le domaine de la mécanique, de l’énergie et de l’armement. La possibilité de la fabrication d’obus de 155 millimètres pour les canons français Caesar en Ukraine est en cours d’examen.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1039
Economie

Belgique : Arrivée nouveaux exilés fiscaux français

15 juillet 2024
Face à l'issue surprenante du second tour des élections législatives françaises du 7 juillet, organisées par le Nouveau Front populaire (NFP), les Belges sont curieux de savoir si de nouveaux…
example 1025
Economie

Sanction inédite de six millions pour Ohm Energie

15 juillet 2024
L'entreprise Ohm Energie, fournisseur d'électricité, a reçu une amende record de six millions d'euros pour abus de pratiques durant la crise énergétique de 2022, selon un communiqué de la Commission…
example 1019
Economie

Atos sécurise financement pour restructuration

15 juillet 2024
Atos, l'entreprise informatique française en proie à des difficultés, et qui est un élément clé de la technologie pour les Jeux Olympiques de 2024, a annoncé le lundi 15 juillet…