×
google news

« Bataille pour la constellation Iris2 d’Europe »

Il n’y a pour l’instant pas de résolution définitive, mais on espère y arriver à Bruxelles. Un dernier compromis financier est en cours de recherche suite à une nouvelle vague de négociations intenses entre la Commission européenne et les principaux acteurs de l’industrie spatiale – Airbus, Thales Alenia Space, et les opérateurs de satellites Eutelsat, Hispasat et SES – sélectionnés pour le développement de Iris², le futur réseau de satellites de communication européen à haut débit et sécurisé.

Alors que les ministres responsables de l’espace se rencontrront le jeudi 23 mai à Bruxelles pour une réunion consacrée à l’espace, la réalisation de ce réseau satellite, qui devrait comprendre des modules pour la communication militaire sécurisée, est toujours attendue. Fin 2022, lorsque le Conseil et le Parlement se sont accordés pour initier ce projet destiné à rivaliser avec Starlink d’Elon Musk, Thierry Breton, le commissaire européen responsable de l’espace, avait fixé une deadline dès 2024 pour la mise en œuvre, avec le lancement de nouveaux satellites prévu en 2027 pour une mise en service complète en 2030.

Cependant, dix-huit mois plus tard, la discussion avec les entreprises est difficile. La Commission avait prévu un budget d’environ 6 milliards d’euros pour financer ce projet public-privé, dont 2,4 milliards d’euros devaient être fournis par l’Union européenne et 750 millions par l’Agence spatiale européenne (ESA), le reste provenant des entreprises. Malheureusement, la proposition du consortium sélectionné s’élève à un budget de 12 milliards d’euros, amenant des défis supplémentaires à cause de la « complexité des technologies ».

Le ministre allemand de l’économie, Robert Habeck, a exprimé ses objections sur le coût élevé du projet spatial et le processus d’appel d’offres dans une lettre envoyée à Bruxelles en mars, selon les informations divulguées par le média La Lettre. Il a implicitement favorisé les grandes entreprises spatiales françaises au détriment des entreprises allemandes du secteur comme OHB.

Ces critiques n’ont pas été bien accueillies par la Commission, qui est en pleine négociation pour minimiser les coûts avec les industriels, comme l’indique Bruxelles. Ils assurent que cette étape est presque terminée, ce qui permettra la présentation des offres finales des industriels. La Commission souligne que « Iris² n’est pas un programme de l’ESA » et qu’il n’y a pas de contraintes géographiques pour investir, ce qui signifie que l’influence des lobbies industriels, même via un État membre, est nulle.

Cependant, en négociant avec un consortium réunissant tous les grands acteurs, la Commission s’est exposée à leur contrôle, selon un observateur. Les industriels semblent avoir voulu augmenter le prix total du système, ce qui explique les problèmes actuels, selon Christophe Grudler, membre Renew (libéraux) du parlement européen, qui suit de près le projet.

Le reste de l’article est réservé aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 820
Economie

Nice-Matin Groupe rachète Bestimage Marchand

12 juin 2024
Le journal régional Nice-Matin, détenu par Xavier Niel (également actionnaire individuel du journal Le Monde), s'aventure dans l'univers des célébrités. Ce fut annoncé le mercredi 12 juin, lorsque la publication…
example 817
Economie

« Richesses minières du Congo: Avidité globale »

12 juin 2024
Dans la république démocratique du Congo (RDC), à l'est de Rubaya, les "digger" ont été contraints de suspendre temporairement leur travail le temps que les combats reculent. Cette interruption fut…
example 806
Economie

« SNCF lancera ses TGV en Italie 2026 »

12 juin 2024
La SNCF, déjà établie de différentes façons dans neuf pays européens, se lance dans un important marché étranger, où elle cherche à rivaliser avec les opérateurs traditionnels et locaux en…