×
google news

Grève des transports Ile-de-France mardi

Un mardi sombre se profile à l’horizon pour les voyageurs en Île-de-France. La SNCF a déjà conseillé avant le week-end de profiter du télétravail après le lundi de Pentecôte, en prévision de cette situation. SUD-Rail prévoit une grève massive, avec un taux d’adhésion de 70% pour les RER et les Transiliens et jusqu’à 90% pour les lignes D et J. SNCF Voyageurs gère tous les trains de banlieue ainsi que les RER C, D et E et une partie des RER A et B en Île-de-France.

Non seulement SUD-Rail, mais aussi la CGT-Cheminots, l’UNSA-Ferroviaire dans certaines organisations, et même FO, appellent à une grève à la veille du 22 mai. Cette date coïncide avec une « réunion de convergence » qui mettra l’accent sur les conditions de travail et, plus particulièrement, sur les primes accordées pendant les Jeux Olympiques (26 juillet – 11 août) et Paralympiques (28 août – 8 septembre).

Alors que les Jeux ne sont qu’à deux mois de commencer, il reste encore beaucoup à faire. L’UNSA-Ferroviaire, le deuxième plus grand syndicat de l’entreprise après la CGT, souligne que les employés ne sont toujours pas informés de la manière dont seront reportés les congés. Cela est particulièrement pertinent pour les cheminots qui devront gérer la circulation de 4500 trains supplémentaires. Malgré six tables rondes et des réunions préliminaires bilatérales, la dernière réunion prévue en avril a été reportée à mai à la demande des syndicats.

Une remarque s’adresse à la droite.

Selon un porte-parole, la RATP a conclu ses négociations, avec douze accords négociés pour chaque métier. Six de ces accords ont été approuvés par des syndicats majoritaires, tandis que les six autres sont de simples comptes rendus de conclusions. La prime moyenne s’élève à 1 000 euros pour les 30 000 employés impliqués – 19 000 d’entre eux chaque jour pendant les Jeux olympiques et paralympiques (JOP) – et peut aller jusqu’à 2 500 euros pour les conducteurs de métro qui travaillent sur les lignes les plus demandées et qui seront présents tous les jours de compétition, après avoir accepté de décaler leurs vacances.

Dans une réunion avec les représentants syndicaux le mercredi 15 mai, le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, a expliqué que l’entreprise publique, sous le feu des projecteurs depuis la controverse politique concernant l’accord de fin de carrière signé le 22 avril, ne dépasserait pas la prime maximale de 1 900 euros octroyée par le ministère de l’intérieur aux forces de police. « En moyenne, mille neuf cents euros », a précisé un certain nombre de délégués.

Inquiets que la direction ne propose pas une valeur suffisante et que cela puisse entraîner d’autres réunions et la fin de la négociation seulement au début de juillet, dans la hâte et à l’aube des départs en vacances, SUD-Rail et la CGT veulent envoyer un message clair à leur direction, à l’Agence des participations de l’État et au gouvernement. Cette fois-ci, le premier ministre, Gabriel Attal, son ministre des transports, Patrice Vergriete, et le ministre des finances, Bruno Le Maire, ne pourront pas prétendre ne pas être informés ou vouloir changer de PDG après les Jeux… C’est déjà acté.

Il reste encore 41,88% de cet article à découvrir. Seuls les abonnés pourront accéder à la suite.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1012
Economie

Appétit d’électricité de la tech US inquiète

15 juin 2024
Microsoft s'était engagé en 2020 à viser des émissions de carbone négatives d'ici 2030, cependant, le bilan de 2024 montre une augmentation de 30% des émissions de l'entreprise, y compris…