×
google news

« FNSEA et Jeunes Agriculteurs exigent protections législatives »

La Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA) et les Jeunes Agriculteurs, qui constituent l’alliance syndicale agricole majoritaire, ont publié un communiqué le samedi 18 mai pour avertir contre toute suggestion susceptible de démanteler EGAlim. Ils ont également plaidé pour des modifications législatives urgentes permettant de renforcer les mesures de cette loi destinée à sécuriser les revenus des agriculteurs. Alors que le gouvernement envisage de proposer un nouveau projet de loi pour consolider le mécanisme Egalim d’ici cet été, ces deux organisations rappellent à l’administration ses obligations envers les agriculteurs français.

Le compte-rendu publié le 14 mai par l’Observatoire de la négociation commerciale (ONC) illustre une préoccupation majeure : il existe un écart considérable entre les augmentations de prix d’origine proposées par les fournisseurs (en moyenne +4,5 %, en raison de l’augmentation des coûts de production généraux) et celles finalement négociées (en moyenne +1 %) par les industries agroalimentaires, insistent les deux syndicats dans leur déclaration.

L’ONC est composé des organisations professionnelles représentatives des industriels (ANIA, FEEF, ILEC et LCA) et des grandes surfaces (FCD), supervisées par Thierry Dahan, le médiateur des relations commerciales agricoles. Ils mettent l’accent sur le fait que le revenu des agriculteurs « ne peut pas être un facteur réglable ».

La médiation a confirmé les préoccupations émises par la FNSEA et Jeunes Agriculteurs au sujet de la menace sur le revenu des agriculteurs en raison de défis persistants en rapport avec l’application des lois EGAlim. Ces lois nécessitent une révision urgente pour renforcer leurs dispositions et doivent être prêtes pour les négociations commerciales à venir. Chaque année, des discussions commerciales sont menées entre les producteurs agroalimentaires, allant des petits charcutiers aux grands acteurs comme Unilever, Nestlé ou Coca-Cola, et leurs clients des supermarchés tels que E.Leclerc, Carrefour, Intermarché ou Système U. Ces négociations définissent les conditions de vente pour une grande partie des produits vendus dans les grandes surfaces pour l’année à venir. De plus, elles déterminent le prix d’achat des supermarchés aux fabricants, la disposition des produits dans les rayons et un possible calendrier promotionnel. Habituellement, ces négociations se terminent le 1er mars, mais cette année, le gouvernement a avancé la date dans l’espoir que les réductions de prix de gros pour certaines denrées se reflètent plus rapidement dans les rayons après une période d’inflation importante.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 960
Economie

« Plan de transport Paris 2024: certitudes »

14 juin 2024
L'équipe de Paris 2024 pour les Jeux Olympiques et Paralympiques a clairement indiqué qu'ils étaient prêts pour les défis majeurs des transports et de la sécurité. Ce sentiment d'assurance a…
example 943
Economie

« Guerre des prix mobile réapparaît »

14 juin 2024
La guerre des prix dans le secteur des télécommunications est de retour. Malgré une hausse de l'inflation en 2022, qui avait permis aux fournisseurs de services mobiles d'augmenter leurs tarifs,…
example 939
Economie

« Pire semaine boursière parisienne en deux ans »

14 juin 2024
Les inquiétudes des investisseurs grandissent en raison de la situation politique défavorable en France, ayant des impacts négatifs sur le CAC 40, l'indice boursier principal de la Bourse de Paris.…
example 911
Economie

Plan rémunération 56 milliards Musk validé

14 juin 2024
Après avoir été annulé par la justice en janvier, le plan de rémunération colossal de Tesla et son CEO, Elon Musk, a finalement reçu l'approbation des actionnaires du fabricant de…