×
google news

Colère après publicité des livres télévisée

L’expansion de la publicité pour les livres à la télévision a déclenché un tollé presque unanime parmi les éditeurs. Cette expérimentation, autorisée par décret depuis le 6 avril pour deux ans, a poussé le Syndicat national de l’édition (SNE), qui compte 720 membres, à demander officiellement son abrogation le 17 avril.

Le syndicat est déçu que cette décision ne reflète pas une consultation avec les professionnels de l’industrie du livre. Dans les réunions avec le ministère de la culture, tous les représentants de l’édition s’étaient clairement opposés à cette idée, d’où leur surprise et leur désarroi d’être confrontés à un fait accompli.

Le SNE s’inquiète pour la stabilité de l’industrie, ainsi que pour la qualité de l’écriture littéraire. Ils craignent surtout une augmentation de la concentration du marché vers les « best-sellers », c’est-à-dire une forte concentration des ventes sur quelques titres très populaires. Pour le SNE, cette mesure est susceptible de déséquilibrer un secteur qui doit sa valeur à sa grande diversité. Le SNE regrette également que cette phase d’expérimentation ne soit pas encadrée et qu’aucune mesure n’ait été prise pour encourager la promotion du livre et de la lecture à la télévision.

Antoine Gallimard, le directeur général de Madrigall (Gallimard, Flammarion, etc.) avait exprimé son mécontentement dès le 13 avril sur France Inter, reprochant que seuls trois ou quatre livres profitent de visibilité, tandis que quarante autres sont ignorés. Cette inégalité l’a fortement dérangé. De même, Denis Olivennes, à la tête d’Editis (Plon, Bouquins, 10/18 etc.) a exprimé ses craintes sur la même antenne, suggérant que la publicité télévisée pourrait renforcer la domination des best-sellers sur le marché, nuisant ainsi à la diversité du secteur car seuls ces derniers peuvent absorbés les coûts d’une campagne publicitaire télévisée.

Par un certain jeu de circonstances, les éditions XO, malgré leur position contradictoire avec celle du dirigeant de leur entreprise mère, Editis, sont pour le moment les seules à avoir bénéficié de cette nouvelle réglementation. Une semaine après la sortie du décret, elles ont lancé une campagne publicitaire pour un roman policier de Bernard Minier, Les Effacées, sur BFM-TV.

Cette initiative n’est guère surprenante, car Bernard Fixot, fondateur de ces éditions, a depuis longtemps prouvé qu’il était le pionnier de la publicité radiophonique pour les livres. C’est en utilisant cette technique qu’il a propulsé les œuvres de Guillaume Musso au premier plan des ventes. Il est aussi l’un des rares dans l’industrie de l’édition à avoir constamment plaidé pour une extension des publicités de livres à la télévision.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1605
Economie

Semaine décisive pour l’avenir d’Ascometal

27 mai 2024
C'est comme une onde de choc en Lorraine et dans la Loire : le groupe siderurgique italien Acciaierie Venete a informé, le jeudi 23 mai, via une correspondance très détaillée,…
example 1604
Economie

Maroc: Cible des investissements chinois

27 mai 2024
Six entreprises chinoises cotées - BTR New Material, CNGR Advanced Material, Gotion, Hailiang, Shinzoom et Tinci, toutes spécialisées dans la fabrication de batteries pour voitures électriques, ont indiqué leur intention…
example 1573
Economie

Douze blessés après turbulences sur Qatar Airways

26 mai 2024
Le dimanche 26 mai, un vol de Qatar Airways, QR107, reliant Doha à Dublin a rencontré des turbulences majeures lors de son passage au-dessus de la Turquie, causant des blessures…
example 1543
Economie

LBX: Transformation timide pour Lexus

26 mai 2024
Lexus, un expert dans la production de voitures propres et raffinées de type hybride, a également été remarqué pour sa stratégie commerciale peu conventionnelle. Au lieu de diversifier son catalogue…