×
google news

Allemagne préfère rapprochement avec Chine

Il y a neuf mois de cela, à savoir le 13 juillet 2023, l’Allemagne révélait son « Plan pour la Chine » (« China-Strategie »), un dossier de 64 pages justifié par une simple déclaration : « La Chine a évolué, ce qui nous contraint à revisiter notre rapport avec elle ». Centrale à la nouvelle orientation préconisée par Berlin est le concept de « derisking » (« réduction des risques »), c’est à dire l’obligation de minimiser la dépendance de l’économie allemande envers une Chine de plus en plus « dominatrice à l’intérieur et agressive à l’extérieur ».

Un an plus tôt, la guerre en Ukraine avait soulignée la dangereuse dépendance de l’Allemagne envers le gaz russe. Suite à cela, l’Allemagne affirmait avoir tiré une leçon importante. « Nous ne pouvons pas risquer de reproduire la même erreur que nous avons faite avec la Russie », a déclaré la ministre des affaires étrangères, Annalena Baerbock, lors de l’annonce à la presse de la nouvelle « stratégie » de Berlin à l’égard de la Chine.

Pourquoi retenir de cette déclaration neuf mois plus tard ? Apparemment, pas grand chose, si l’on se fie à la visite programmée d’Olaf Scholz en Chine, du dimanche 14 au mardi 16 avril. Au regard de la durée – trois jours complets sur place, soit le plus long voyage à l’étranger du chancelier depuis son accession au pouvoir en décembre 2021 – et de l’ampleur de la délégation qui l’accompagne – les ministres des transports, de l’agriculture et de l’environnement, ainsi que plusieurs grands dirigeants, y compris ceux de Siemens, Bayer, Mercedes, BMW et ThyssenKrupp – ce voyage rappelle d’autres.

Les exportations vers la Chine ont augmenté de 136% entre 2009 et 2021.

Le journal Frankfurter Allgemeine Zeitung a publié un article jeudi, suggérant que la politique chinoise de l’actuel chancelier allemand est très en ligne avec celle de son prédécesseur, Angela Merkel. Entre 2009 et 2021, les exportations allemandes vers la Chine ont connu une croissance significative de 136%, soit le double des exportations combinées de la France, du Royaume-Uni et de l’Italie, comme le montre une étude publiée en février par le groupe Rhodium basé à Berlin. De plus, sur les huit dernières années, l’Allemagne a représenté 58% des investissements directs de l’Union européenne en Chine, une augmentation de 20 points par rapport à la décennie précédente. Le reste de cet article est uniquement accessible aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1605
Economie

Semaine décisive pour l’avenir d’Ascometal

27 mai 2024
C'est comme une onde de choc en Lorraine et dans la Loire : le groupe siderurgique italien Acciaierie Venete a informé, le jeudi 23 mai, via une correspondance très détaillée,…
example 1604
Economie

Maroc: Cible des investissements chinois

27 mai 2024
Six entreprises chinoises cotées - BTR New Material, CNGR Advanced Material, Gotion, Hailiang, Shinzoom et Tinci, toutes spécialisées dans la fabrication de batteries pour voitures électriques, ont indiqué leur intention…
example 1573
Economie

Douze blessés après turbulences sur Qatar Airways

26 mai 2024
Le dimanche 26 mai, un vol de Qatar Airways, QR107, reliant Doha à Dublin a rencontré des turbulences majeures lors de son passage au-dessus de la Turquie, causant des blessures…
example 1543
Economie

LBX: Transformation timide pour Lexus

26 mai 2024
Lexus, un expert dans la production de voitures propres et raffinées de type hybride, a également été remarqué pour sa stratégie commerciale peu conventionnelle. Au lieu de diversifier son catalogue…