×
google news

« Audition Barthès à l’Assemblée: ‘Quotidien’, zéro dérapage »

« Non, je ne suis pas enchanté d’être ici, » a déclaré Yann Barthès, présentateur et producteur de l’émission d’infodivertissement « Quotidien », qui est diffusée sur TMC (groupe TF1). Il s’est exprimé cette façon lors de son audition devant la commission d’enquête sur les fréquences de la TNT à l’Assemblée nationale le mercredi 27 mars. Son mécontentement venait du fait qu’il avait été convoqué à la demande de cinq députés du Rassemblement national [RN], une situation que le journaliste originaire de Haute-Savoie a trouvée insatisfaisante. Le président de la commission, Quentin Bataillon (Renaissance, Loire), avait accédé à la demande des responsables politiques d’extrême droite.

Laurent Bon, qui co-produit l’émission « Quotidien » avec M. Barthès pour la société Bangumi, a estimé que ce moment était particulièrement ironique, car le Rassemblement national “boycotte, discrédite et attaque les équipes de ‘Quotidien’ depuis des années ». Cependant, Aurélien Saintoul (La France insoumise, Hauts-de-Seine), rapporteur de l’audition, leur a fait comprendre, de manière abrupte, que la commission d’enquête n’était pas l’endroit pour régler leurs comptes avec un parti politique. Il est difficile de conclure à l’issue de l’audition qu’on ait appris quelque chose de nouveau.

En se décrivant comme « fier » de présenter une émission basée sur des principes « humanistes, antiracistes, de liberté et d’égalité », M. Barthès a nommé quelques-uns parmi les 600 invités qui ont fait leur apparition sur le plateau de « Quotidien ». Comme exemple, il a évoqué la participation de l’actrice Judith Godrèche et de l’écrivaine Vanessa Springora, toutes deux symbolisant le combat contre les violences sexistes et sexuelles, de l’avocat et ancien ministre de la justice Robert Badinter, de la militante pour le climat Greta Thunberg, et de l’ancien dirigeant américain Barack Obama. En tant qu’ancienne personnalité de Canal+, M. Barthès a aussi révélé qu’il a quitté le canal en 2016, une année après son acquisition par le milliardaire Vincent Bolloré, pressentant que « quelque chose était en train de changer ».

A l’inverse, aucun représentant du RN n’a été convié sur le plateau ; une décision « collaborative », soutenue par les producteurs de l’émission de divertissement de TMC, tout en soulignant que les règles de proportionnalité du temps de parole établies par l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom) étaient, néanmoins, « scrupuleusement respectées ». « Toutes les orientations politiques sont représentées dans l’émission. Aucun groupe n’est exclu », a confirmé Ara Aprikian, directeur général adjoint en charge des programmes de TF1.

Il vous reste à lire 50.38% de cet article. Pour le reste, il faut être abonné.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1160
Economie

« Nouveau Cargo Breton Traverse l’Atlantique »

19 avril 2024
La jeune entreprise morlaisienne Grain de Sail a franchi une nouvelle étape avec son nouveau cargo, qui a récemment terminé sa première traversée transatlantique entre Saint-Malo et New York. Imposant…
example 1159
Economie

Jugement Anglais Secoue Marchés Financiers

19 avril 2024
L'affaire du Libor et de l'Euribor connaît un nouveau développement. Le 27 mars, suite à une décennie de procédures juridiques, une cour d'appel britannique a surpris en confirmant la condamnation…
example 1155
Economie

Inquiétudes pour l’usine Audi Bruxelloise

19 avril 2024
La Belgique a connu de multiples fermetures d'usines automobiles au fil des ans. Renault a fermé ses portes en 1997, Volkswagen en 2006, Opel en 2010 et Ford en 2014.…