×
google news

« Amélioration résilience Ukraine essentielle, présidente BERD »

La perspective d’un rassemblement fâché de fermiers a eu des répercussions notables sur les responsabilités politiques des nations de l’Union Européenne, spécifiquement pour la France et la Pologne. Suite à des demandes pour revoir les engagements environnementaux européens, la crainte d’une révolte agricole a incité ces deux pays, entre autres, à reconsidérer leurs promesses envers l’Ukraine.

Mercredi 20 mars, un accord a été trouvé entre les membres de l’Union Européenne et le Parlement concernant la limitation des importations ukrainiennes, comme le poulet, les œufs, le maïs, le sucre, l’avoine, le miel, les céréales, etc., sans payer de droits de douane. Au-delà de la production de 2022-2023, ces produits seront taxés comme ils l’étaient avant. Pour balancer ce changement, une taxe sera mise en place pour les importations de céréales en provenance de Russie et de Biélorussie.

Le ministre français de l’agriculture juge ces nouvelles mesures insuffisantes et elles devraient être mises en œuvre le 6 juin lors du renouvellement de l’accord de libre-échange avec l’Ukraine, dans le cadre de la guerre. Le soutien à une économie en ruine a ses limites, comme une concurrence que les fermiers européens critiquent vivement alors qu’ils estiment que leurs homologues ukrainiens tirent un grand avantage de l’aide financière externe. Par exemple, la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement a prêté près de 890 millions d’euros à des producteurs, exportateurs et importateurs de l’agroalimentaire ukrainien. Est-ce une concurrence déloyale?

« Nos fonds ne sont pas des dons »

Odile Renaud-Basso, la présidente de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD), a affirmé que la situation est plus complexe qu’elle ne paraît. Elle a souligné l’importance des producteurs agricoles ukrainiens dont le monde a besoin, comme l’a prouvé l’impact sur les prix des matières premières après le déclenchement de la guerre. La BERD œuvre pour aider ces producteurs à atteindre d’autres marchés internationaux tout en soutenant également l’agribusiness dans les pays européens où elle investit. Ses financements ne sont pas des dons, mais des prêts avec des taux du marché.

La BERD, une institution relativement discrète créée en 1991 grâce à une initiative française pour soutenir le développement de l’Europe centrale et de l’est après la chute du mur de Berlin, se retrouve sous les projecteurs. Bien qu’elle soit beaucoup plus petite que la Banque européenne d’investissement ou la Banque mondiale, elle est devenue, en l’espace de deux ans, le principal prêteur institutionnel pour les entreprises ukrainiennes. Cela représente une forme de soutien à l’effort de guerre du pays.

La lecture de l’article intégral reste réservée aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1149
Economie

Plan de relance révolutionnaire pour l’Italie

19 avril 2024
L'intersection de Via Trieste et Via Gaspare Gozzi, dans la ville italienne de Padoue, est le théâtre d'une réalisation immense. Entre les décombres et les tiges d'acier qui ont creusé…
example 1124
Economie

« UE : Vers un pacte de compétitivité »

19 avril 2024
Le "Pacte Vert" est une chose du passé, place maintenant au "Pacte pour la Compétitivité". Ce dernier a été proposé par les dirigeants des états européens lors d'une réunion à…
example 1097
Economie

« Meta vise leadership des assistants IA »

18 avril 2024
Meta ambitionne de devenir un leader dans le domaine de l'intelligence artificielle (IA). La société mère de Facebook, Instagram et WhatsApp, bien que moins médiatisée ces derniers temps que OpenAI,…