×
google news

Inquiétudes sur la décarbonation française

« L’accent sera incontestablement mis sur la décarbonation de l’industrie française au salon Global Industrie, commençant le 25 mars au nord de Paris. Cette foire qui en est à sa sixième édition, accueillant plus de 2000 entreprises, est considérée comme une plateforme pour le projet à long terme de décarbonation initié par le gouvernement français il y a près de trois ans.

Le gouvernement s’est fixé une ligne directrice claire pour la décarbonation, avec l’ambition de réduire de 55 % les émissions totales de gaz à effet de serre d’ici 2030 et d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. L’industrie doit contribuer à cette vision en visant une réduction de 35 % de ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.

Les chiffres provisoires publiés le 21 mars par le Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique indiquent une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 8 % dans l’industrie en France en 2023 par rapport à 2022. Cependant, cette réduction est davantage attribuée à la diminution de la production industrielle qu’à la décarbonation. L’économie en déclin au cours des derniers mois a durement touché les secteurs du ciment, de la chimie et de la sidérurgie, qui sont parmi les plus grands émetteurs de gaz à effet de serre. Cela représente un « obstacle structurel » majeur. »

Il existe des signes alarmants de ralentissement dans l’élan de décarbonation industrielle. À titre d’exemple, le coût de la tonne de CO2 au sein de l’UE a considérablement diminué, passant de 95 euros en février 2023 à seulement 52 euros un an après. Anaïs Voy-Gillis, une académicienne spécialisée dans l’industrie et responsable de la stratégie chez Humens, une entreprise chimique française, avertit que si ce faible taux persiste, certaines sociétés pourraient préférer payer pour polluer plutôt que d’investir dans un plan de décarbonation.

Un autre facteur important à considérer est le coût de l’électricité nucléaire en France. Plusieurs industriels le jugent instable et peu compétitif, même après l’accord conclu entre l’Etat et EDF en novembre 2023. Eric Bergé, un consultant industriel de l’organisation The Shift Project, affirme que l’ambiguïté entourant le prix de l’électricité constitue un obstacle majeur pour la décarbonation industrielle. Guillaume de Goÿs, PDG d’Aluminium Dunkerque et l’un des 50 principaux émetteurs de gaz à effet de serre en France, avertit qu’il est essentiel que l’industrie bénéficie de plus de clarté dans les mois à venir, sinon les objectifs de 2030 pourraient être menacés.

Cet article n’est pas encore terminé, il reste 27,61% à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 810
Economie

Industrie allemande: rapport critique avec Chine

14 avril 2024
Lorsqu'Olaf Scholz, le chancelier allemand, a pris son vol pour la Chine le samedi 13 avril, la situation ne semblait pas très différente des multiples voyages que son prédécesseur Angela…