×
google news

« Gare Saint-Denis-Pleyel: Du Projet à Réalité »

Il est sans équivoque qu’on a longtemps anticipé cela. Jouant un rôle capital dans l’arrangement des Jeux Olympiques, la station Saint-Denis-Pleyel est à la fois le plan clé du Grand Paris Express, un pôle principal élaboré pour relier les lignes 14, 15, 16 et 17 de ce réseau à leurs homologues, les lignes D et E du RER. C’est de plus son joyau le plus précieux. Les images produites par le bureau de l’architecte japonais Kengo Kuma, vainqueur du concours international d’architecture pour ces hubs en 2013, mettaient en scène le bâtiment comme un assemblage de volumes inclinés et asymétriques, mis en évidence par un rideau de fines colonnes de bois, légères comme un château de cartes. Les images du projet dégageaient une lumière chaleureuse pendant la nuit, apportant une douceur et une sophistication inédites dans le paysage rugueux où il était positionné, entre les voies ferrées et le carrefour Ornano-Pleyel, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Ces représentations, largement médiatisées, ont façonné au fil des ans une image des plus sympathiques pour le Grand Paris Express. Tandis que les tunneliers creusaient le sous-sol de l’Ile-de-France et que les promoteurs saturait l’horizon des futures stations de logements et de bureaux, elles ont donné à ce projet monumental une aura presque envoûtante.

Quelle est, en vérité, l’image de la gare Saint-Denis-Pleyel qui devrait être officiellement ouverte par Emmanuel Macron le lundi 24 juin ? Emergeant de l’ouest de Saint-Denis, on observe une forme unique mettant en avant ses volumes superposés sur quatre niveaux aux décalages subtils, semblable à des accordéons interconnectés. Un large escalier qui grimpe en douceur depuis une esplanade plutôt brute, malgré la présence de jeunes arbres, ainsi qu’une rampe qui s’étend dans la direction opposée pour atteindre l’entrée de la gare et le passage vers l’entrée du RER, lui donne une dynamique particulière. Cependant, cela relève principalement du visuel. Les cases semblent se resserrer à mesure qu’on monte, pivotant légèrement les unes sur les autres, projetant en porte-à-faux, se drapant dans des enveloppes origamilles, toutes en lignes fracturées, mais l’ossature orthogonale ne trompe pas. Sa lourdeur dément l’illusion de légèreté que les images tentaient de nous vendre. Il s’agit incontestablement d’une œuvre de rétrofuturisme.

L’aspect boisé, typiquement associé à Kengo Kuma et qui constituait l’empreinte du projet, s’est dissipé entre la conception en 3D et la construction physique. La façade, bien qu’ornée de brise-soleil en chêne (lamellé-collé, non traité), est dominée par le verre et le métal. En ce qui concerne la structure, comme on peut s’y attendre pour un projet de cette ampleur, elle est en béton et en acier. Ces divergences de perception pourraient sembler insignifiantes si l’image ne jouait pas un rôle aussi capital dans le choix des projets par concours et dans la propagande politique. Kuma n’est pas à blâmer pour cette situation. Il prend simplement part à un système qui incite les architectes à créer des images de plus en plus fantasques, au risque de banaliser l’architecture elle-même. Cela ne devrait pas éclipser les mérites réels de son travail.
Vous avez encore 64,99% de cet article à parcourir. Le reste est accessible uniquement aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1063
Culture

« Festival d’Avignon: ‘Le Repas des gens' »

16 juillet 2024
Il est indéniable que l'un des binômes les plus captivants du Festival « off » d'Avignon serait ces deux acteurs. Ressemblant à un duo émanant des Deschiens mais avec moins…
example 1046
Culture

« Nager Avec Requins: Vanity Fair Hollywoodienne »

15 juillet 2024
La série intitulée "Swimming With Sharks", un remake du long-métrage de George Huang de 1994, aurait pu exploiter le rituel d'autoflagellation que Hollywood semble aimer se donner en dévoilant ses…
example 1042
Culture

« Festival d’Avignon: l’importance de parole »

15 juillet 2024
Krzysztof Warlikowski, le célèbre metteur en scène polonais, a été invité à Avignon pour la première fois depuis 2013 et il a présenté un spectacle d'une beauté et d'une profondeur…
example 1024
Culture

« Victoria Quesnel: Des prétoires aux planches »

15 juillet 2024
Avec 39 ans à son actif, un regard alerte, un sourire éclatant et des mouvements expressifs, Victoria Quesnel ne se contente pas de répondre aux interviews en prononçant des monosyllabes…