×
google news

Au pays de Roger Milla

L’histoire pourrait- elle se répéter un jour pour les lions indomptables du Cameroun ? Il fut une époque qui semble tellement lointaine où les lions rugissant de faim écrasaient tout sur leur passage.
Déplumant les aigles du Nigéria, sous un air de samba devant Ronaldhino, rien ne semblait alors leur résister.

On assista à une telle démonstration de force, d’énergie et d’harmonie, bref un chef-d’oeuvre à qui on donna le nom de « Fighting Spirit ».
Mais seulement voilà, depuis la mort sur le champ d’honneur de l’impressionnant Marc Vivien Foé devant un parterre de téléspectateurs, le Cameroun ne fait plus rêver personne.

Comment en est-on arrivé là ? Comme malheureusement, la plupart des sélections africaines, l’équipe du Cameroun souffre d’une absence de management rigoureux et professionnel.
Presque à chaque fois, il s’agit pour les dirigeants de cette « jadis » illustre équipe fanion de procéder à un casting ad-hoc d’encadreurs à la veille de toute compétition majeure.
La balle se trouvant finalement dans le camp des joueurs et ceux-ci ne semblent plus habités par le « fighting spirit » qui caractérisait leur amour du maillot vert-rouge-jaune.

Les conséquences souvent ne se font pas attendre.
Plus aucun trophée continental depuis 2002.
Plus personne ne semble fédérer pourtant cette pléthore de talents dont regorge encore l’équipe.
Entre des problèmes de leadership semblent souffrir Samuel Eto’o (Inter) et le clan des « banis » dont fait partie Alex Song (Arsenal), Achille Emana (Betis Seville) et Carlos Kameni (Espanyol Barcelone), et les problèmes d’ego dont fait face Javier Clemente, le nouveau sélectionneur et la DTN, il semble que la patience de voir cette équipe renaître est de mise.
Aujourd’hui encore, aux frais du pauvre contribuable qui semble avoir perdu tout risque de subir un arrêt cardiaque comme d’antan, les lions se pavanent en Europe afin de peaufiner leur « stratégie ».
Le Sénégal, premier de sa poule durant ces éliminatoires pour la prochaine CAN en 2012, affirme haut et fort à qui veut l’entendre « ne pas avoir peur du Cameroun, et être sûr de remporter cette rencontre ».
Sans doute.
En tout cas, il semble que le ballon soit toujours rond, mais pour les lions indomptables on se demanderait s’il n’aurait pas changé de forme.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

pexels daniel frank 2248713 1
Cyclisme

3 circuits VTT pour les beaux jours

14 avril 2022
Voici 3 circuits riches en paysages et en sensations, à réaliser en solo ou en groupe, que ce soit en quelques heures ou en plusieurs jours.
Contents.media