×
google news

« Législatives 2024: Nouveau Front populaire, deuxième »

Le Nouveau Front populaire, un regroupement constitué par le Parti socialiste (PS), le Parti communiste (PC), les Ecologistes, La France insoumise (LFI) et le parti de Raphaël Glucksmann, Place publique, s’est formé rapidement mais a surpassé la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) en juin 2022. Suite au premier tour des élections législatives anticipées, ils ont recueilli 28,1% des votes, se plaçant derrière le Rassemblement national (RN) et ses partisans mais devant Ensemble, la coalition présidentielle. C’est ce qu’indiquent les premières estimations de l’institut Ipsos Talan pour France Télévisions, Radio France, France 24 – RFI et LCP Assemblée nationale. La grande participation – estimée entre 67,5% et 69,7% par divers instituts de sondage, comparée à 47,5% en 2022, ajoute au contexte.

Le PS, les écologistes et les « insoumis » avaient initialement prévu de se rassembler dans des QG de campagne distincts avant de se regrouper place de la République à Paris à partir de 22 heures le soir de l’élection. Unis une fois de plus, la gauche semble tirer parti de la forte mobilisation contre l’extrême droite et de la chute de la coalition présidentielle. Ce paysage est très différent de celui des élections de 2022. Lors du premier tour des législatives de 2022, la Nupes, organisée en treize jours et treize nuits, et dont le slogan était « Jean-Luc Mélenchon premier ministre » était à 25,7% des voix et 5,8 millions de votants. Ils étaient à la hauteur du camp présidentiel et ses 25,8% des votes. Le RN occupait alors la troisième place avec 18,7% des voix.

Lors du deuxième tour, la Nupes a recueilli 31,6 % des votes (6,5 millions de voix). A la suite de cela, la coalition de gauche a réussi à gagner 131 des 577 sièges à l’Assemblée nationale. Maintenant, la question demeure, jusqu’où le Nouveau Front populaire parviendra-t-il à progresser ? Leur progression dépend des retours lors des matchs à trois, ou même à quatre, et des directives de vote d’Emmanuel Macron. Jusqu’à présent, le président avait soutenu le concept de « ni-ni », ni le RN ni LFI. Cela avait suscité un malaise même dans son propre camp, avec 220 figures politiques et civiles suggérant dans une tribune du Monde d’accepter les désistements en faveur du candidat le mieux positionné face au RN. Jean-Luc Mélenchon avait été le seul à s’écarter, affirmant avec certitude sur LCI, que « aucun électeur “insoumis” ne votera jamais pour le RN ». Cela offre à ses électeurs la possibilité de s’abstenir ou de voter blanc lors du deuxième tour des législatives, prévu pour le dimanche 7 juillet.
Il reste 26,74% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1285
Politique

« Assemblée Nationale: Retour à la Case Départ »

19 juillet 2024
Emmanuel Macron reste à la présidence et Gabriel Attal à Matignon, tandis que Yaël Braun-Pivet demeure à la présidence de l'Assemblée nationale, malgré la dissolution de l'Assemblée il y a…
example 1277
Politique

Manifestation à Paris pour gouvernement gauche

19 juillet 2024
Le live a été animé par des personnalités telles que Minh Dréan, Marie Pouzadoux, Geoffroy Clavel, Solène L’Hénoret et Marie Slavicek. Pour plus d'informations sur la campagne des législatives, veuillez…
example 1272
Politique

« Qui deviendra président de l’Assemblée? »

19 juillet 2024
Le live a été animé par plusieurs personnes, notamment Minh Dréan, Marie Pouzadoux, Geoffroy Clavel, Solène L’Hénoret et Marie Slavicek. Vous pouvez lire tous nos reportages sur la campagne électorale…
example 1268
Politique

« Défaite du Nouveau Front, obstacle vers Matignon »

19 juillet 2024
/"Le Nouveau Front populaire (NFP) a réussi à s'unifier derrière un seul candidat pour la présidence de l'Assemblée nationale, mais cela n'a pas été suffisant. André Chassaigne, représentant communiste du…