×
google news

Parcours difficile étudiants psychologie vers master

Anicée Pérez, étudiante de 23 ans en psychologie, décrit la fin de sa licence comme l’épisode le plus épouvantable de sa vie. La tension a atteint des sommets insoutenables lors du semestre qui a précédé sa candidature en master. Insomnies, vomissements, évanouissements étaient sa réalité quotidienne. La cause de son angoisse était une compétition féroce pour le master en psychologie clinique du développement qu’elle visait – seulement quinze places disponibles pour plus de neuf cents aspirants.

Lorsqu’elle a commencé à étudier à l’Université d’Aix-Marseille, Anicée n’avait aucune idée de la sélectivité qui l’attendait après ses trois années de licence. Cependant, Elle a vite compris l’ampleur du défi à relever en affinant son projet de carrière et en découvrant son désir de devenir psychologue pour enfants. « J’ai commencé à travailler comme une folle. Je me disais que je ne pouvais pas me permettre de faire une erreur, de peur d’être surpassée par quelqu’un d’autre », se remémore-t-elle.

Malgré un score moyen de 14 et trois stages, la réalité de la concurrence était telle qu’elle a postulé à seize masters partout en France. Finalement, son travail acharné a porté ses fruits lorsqu’elle a été acceptée dans le master de son choix, celui de son université d’origine. Elle voit cela comme la récompense de ses deux années de sacrifices.

Chaque programme de master en psychologie en moyenne a reçu 658 demandes pour seulement 23 postes disponibles l’année précédente. Les taux d’admission dans les formations les plus sélectives fluctuent entre 1% et 5%, comme indiqué par une étude menée par l’Association des enseignants-chercheurs de psychologie des universités (AEPU), selon son président, Denis Jacquet. De plus, la plateforme « Mon Master », qui centralise les demandes à l’échelle nationale, affiche les résultats d’admission pour les étudiants entre le 4 et le 24 juin. Une nouvelle fonctionnalité cette année permet aux étudiants de soumettre de nouvelles candidatures du 25 juin au 31 juillet.

Il apparaît qu’il y a plus de diplômés en psychologie qu’il n’y a de postes disponibles. La psychologie est l’une des filières les plus demandées, recevant plus de 205 000 candidatures pour seulement environ 15 315 places disponibles en 2023. C’est l’une des préférences claires des nouveaux diplômés du baccalauréat, comme le note Raphaël Mizzi, codirecteur des études de la faculté de psychologie de l’Université d’Aix-Marseille. Bien qu’elle soit populaire, tous les étudiants ne sont pas conscients du degré d’engagement exigé par cette discipline avant de s’y inscrire.

La directrice des études de l’UFR de psychologie de l’Université de Nantes, Fabienne Colombel, fait également remarquer le défi auquel les étudiants sont confrontés concernant la transition de la facilité d’obtention d’une licence à la sélectivité accrue des programmes de master. Il en résulte une réduction du nombre d’étudiants admis en troisième année, passant de 550 à 356, ce qui est toujours trop pour les 100 places disponibles dans les programmes de master. Cela génère une grande anxiété.
Le reste de cet article est réservé aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1038
Actualité

« Armes, symbole culturel aux Etats-Unis »

15 juillet 2024
Un récent événement tragique a révélé une fois de plus le problème de la régulation des armes à feu aux États-Unis. Samedi dernier, le 13 juillet, un jeune homme a…
example 1036
Actualité

« Zelensky soutient la Russie au sommet de paix »

15 juillet 2024
Ce live a aussi été animé par Minh Dréan, Cécile Bouanchaud, Pierre Bouvier, Jacky Goldberg et Solène L’Hénoret. Découvrez tous nos articles, nos reportages et nos analyses sur la situation…