×
google news

« Semaine de la Mode à Paris : une période de bon sens »

Il est temps d’être circonspect. Face aux perturbations économiques en Chine, aux conflits en Ukraine et au Moyen-Orient, aux élections législatives en France et à la présidentielle américaine, l’avenir suscite des préoccupations pour les marques de luxe qui choisissent la voie de la prudence. Ils n’abandonnent pas leurs défilés de mode, cruciaux pour leur stratégie de communication, mais envisagent des spectacles plus réservés qui mettent en avant une garde-robe pragmatique. À la semaine de la mode masculine printemps-été 2025, qui s’est achevée le 23 juin à Paris, des maisons de couture de toutes tailles ont dévoilé une collection attrayante et facile à porter, destinée à attirer un large éventail de clients.

« J’ai conçu une garde-robe complète, axée sur l’artisanat et les archives. Je voulais y apporter de la lumière, de la fluidité, après avoir créé plusieurs collections assez rigides. Par les temps actuels, un peu de légèreté ne fait pas de mal », déclare Kim Jones. Le responsable des collections masculines de Dior revient à une forme de simplicité. Inspiré par les archives féminines de Christian Dior des années 1950, il offre un condensé du dressing masculin avec des costumes ajustés, des pantalons légèrement larges, des blousons à poches plaquées, des manteaux légers et des shorts élégants.

L’unicité réside dans l’opulence des matériaux utilisés, d’un luxe indéniable, et les références à l’œuvre du céramiste sud-africain Hylton Nel. D’adorables images de chats et de chiens sont illustrées sur un pull à col roulé, stylisés comme motifs incrustés sur des costumes sombres, brodés avec des milliers de perles sur une délicate veste bleue et blanche tel de la porcelaine chinoise. Le décor, souvent imaginé par Kim Jones comme extravagant – un carrousel se levant dans le ciel ou des mannequins surgissant de trappes dissimulées dans le sol –, est cette fois-ci sobre : des chats de Hylton Nel ont simplement été reproduits dans un format agrandit.

« C’est une collection qui évoque les villégiatures, la mer, tout ce qui est actuellement susceptible de nous faire du bien. Il s’agit de rendre son existence plus belle à sa propre mesure. Pour ma part, cela passe par le travail des matériaux, des formes, des dessins, de ce que les vêtements révèlent de nous », explique Véronique Nichanian d’Hermès. La directrice artistique de la ligne masculine a investi le spacieux Palais d’Iéna pour montrer des mannequins légèrement vêtus, à l’aise, mais toujours élégants. Les chevilles sont apparentes, mises en lumière par des pantalons larges et courts associés à des sandales en cuir. Les hauts, tels que les tee-shirts et les bombers sans manches, les cardigans portés sans rien en dessous, les chemisettes perforées laissent entrevoir la peau.

Dans une approche non conventionnelle pour Hermès, certains modèles affichaient des chemises complètement déboutonnées, révélant des tatouages sur leur buste. Le dessin sur le costume se continue sur la peau, comme l’explique Véronique Nichanian, elle a aussi conçu des dessins de chevaux sur des pull-overs. Le totem de l’entreprise, le cheval, est également discrètement éparpillé sur une veste réversible avec des reflets argentés pour la panoplie de soirée. Nichanian insiste sur le fait qu’elle souhaite douceur pour tout le monde.

Nichanian s’est inspiré du ciel et de la mer, alors que Satoshi Kondo, le directeur créatif d’Issey Miyake depuis la disparition du créateur d’origine, s’est inspiré du vent. Devant le Mobilier national, il mise sur l’esthétique simple de fines sculptures verticales se pliant au souffle des vents. Cette collection est imprégnée d’une sensation de légèreté, depuis le choix des matériaux jusqu’à la forme des pièces. Cela se traduit par des imprimés à carreaux déformés et des silhouettes fusionnant avec des cerfs-volants. À l’instar des harnais de parachutes, des manteaux ou des vestes se gonflent grâce à l’air qui circule à travers les bretelles attachées. Certaines pièces peuvent être compactées et liées pour faciliter leur port. La collection donne l’impression d’être légère, pratique et colorée, tout en restant suffisamment épurée pour superposer différents vêtements comme un tee-shirt, chemise, écharpe, ou imperméable. On a l’impression que Miyake nous rappelle que l’on s’habille léger en été.

L’approche stylistique de Yohji Yamamoto et de son homologue Miyake est caractérisée par un sens pragmatique et poétique de la mode. Yamamoto, qui dévoile ses créations à Paris depuis 1981, propose une série de vêtements élaborés autour de tissus de soie doux et légers. Nous y retrouvons des pantalons volumineux, des manteaux chics, ainsi que des superpositions de chemises longues, parfois ornées de motifs floraux délicats, rappelant les estampes nippones. Bien que la majeure partie de la collection soit en noir et blanc, avec une prédominance du noir, la monotonie est évitée grâce à la fluidité des textiles et la flexibilité des coupes, favorisant un mouvement corporel libre.

D’un autre côté, c’est la couleur qui frappe immédiatement lorsqu’on observe la collection AMI. « C’est une collection conçue pour un été à Paris. Un été relaxant, aéré, avec des couleurs chics », indique Alexandre Mattiussi. Depuis ses débuts en 2010, il a établi sa signature avec un style élégant et facile à porter et, pour l’été 2025, il réinvente avec l’introduction du vert sapin sur des bermudas longs, du camel sur de larges manteaux associés à des shorts rouges, du vert olive sur des costumes décontractés. Pour les femmes, il propose des jupons à volants jaunes ou rouges. Les chemises larges pour hommes, associées à des vestes ajustées, incarnent la garde-robe idéale d’une Parisienne. « Mon travail n’est pas intellectualisé. Je ne suis pas le type de créateur qui prétend trouver l’inspiration dans un livre particulier. AMI, c’est la réalité. »

Jonathan Anderson de chez Loewe a fait preuve d’élégance cette saison en proposant une collection surprenante de pièces portables, contrastant fortement avec Alexandre Mattiussi. Anderson s’est inspiré de diverses icônes artistiques pour concevoir sa collection, incorporant des œuvres de différents artistes tels que Peter Hujar, Charles Rennie Mackintosh, Carlo Scarpa, Paul Thek et Susan Sontag dans son défilé immaculé.

La collection, qui surprend par sa simplicité inédite, propose un large éventail de costumes noirs bien coupés qui finesse la silhouette, ainsi que des t-shirts drapés affichant le logo «Loewe» de manière subtile. Elle propose également des pièces de luxe telles que des manteaux en cuir deux matières (d’une part ressemblant au cuir d’autruche et d’autre part au cuir de veau) et des sacs en python doré aux allures de barres d’or.

Fidèle à sa tradition d’expérimentation des formes, le designer irlandais a aussi inclus des pièces accrocheuses comme ces pantalons en maille surdimensionnés et ce manteau dont les pans semblent avoir été soulevés par le vent. Dans milieu où la tendance du vestiaire simple, parfois un peu trop interchangeable, prévaut, il est d’autant plus important de se distinguer par les détails.

Rick Owens, le designer américain de 62 ans, continue de surprendre avec ses designs innovants durant la semaine de la mode masculine à Paris. Au lieu de se conformer à des styles traditionnels et portables comme la majorité des autres marques, Owens choisit d’aller au-delà des normes établies chaque saison.

Pour la collection printemps-été 2025, il a présenté une procession religieuse militairement disciplinée sur le parvis du Palais de Tokyo. Accompagnée de la Symphonie n°7 de Beethoven, deux cents mannequins, majoritairement étudiants en mode, ont défilé par groupes de vingt, vêtus de tenues blanches et uniformes, défilant en rangées de quatre. Chaque groupe était habillé différemment ; certains portaient des soutanes à capuches, d’autres des tuniques flottantes ou des capes scintillantes en argent.

Au centre, des porteurs légèrement vêtus transportaient une pyramide métallique, à laquelle étaient suspendues deux femmes faisant le grand écart. Cette démonstration de force de groupe, l’uniformité, la chorégraphie et la beauté des vêtements ont créé un spectacle hypnotisant. Rick Owens l’appelle « une armée d’amour en satin blanc », visant à évoquer des sentiments d’unité et de confiance dans un climat d’intolérance croissante.

Owens continue ainsi de démontrer que les défilés de mode peuvent être, non seulement un lieu d’expérimentation, mais aussi une source d’émotion.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1300
Actualité

Faire l’acquisition d’une île

19 juillet 2024
S'endormir à côté de l'océan, vivre en solitude au cœur de la nature, ou naviguer librement sur votre propre bateau : tout cela peut devenir réalité si vous décidez d'acheter…
example 1297
Actualité

« Bureau MSF attaqué à Djibo, Burkina »

19 juillet 2024
Médecins Sans Frontières (MSF) a rapporté le jeudi que leur bureau à Djibo, dans le nord du Burkina Faso, avait été la cible d'une attaque le mercredi 17 juillet. Cette…