×
google news

« Conflit interne et difficultés chez Solidaires »

Laurent Degousée, un juriste de 52 ans, a déclaré lors d’une audience au conseil de prud’hommes de Paris le 24 juin, que son ancien employeur, Solidaires, avait non seulement ignoré son harcèlement mais également contribué à son exacerbation. Degousée, qui a changé de bureau cinq fois entre février 2020 et avril 2021, trouve répugnant d’avoir travaillé pour cet employeur, une perception qu’il n’avait jamais imaginée compte tenu de ses valeurs revendiquées. Il rapporte des conditions de travail insoutenables et une absence de rémunération pour ses heures supplémentaires.

Degousée, employé de l’union syndicale de 100 000 membres depuis 2010, a saisi la juridiction pour demander la résiliation judiciaire de son contrat de travail en raison d’un harcèlement moral généralisé. Il a depuis été licencié en avril pour inaptitude d’origine professionnelle, suite à plusieurs tentatives de suicide, dont l’une a été reconnue comme un accident du travail.

Selon Degousée, le dénigrement et les menaces de la part de son homologue dans une autre entité de Solidaires, le syndicat SUD-commerces et services Ile-de-France, ont commencé en 2019. Malgré les nombreuses plaintes et les tentatives de résolution, le bureau national a suspendu en juin 2023 la fédération dirigée par M. Degousée pour « pratiques antidémocratiques ».

Dans ses déclarations, l’avocate d’Union Solidaires, Isabelle Grelin, était explicite: Laurent Degousée aurait utilisé le « conflit entre deux entités » pour préparer son éventuel départ, ayant changé de carrière pour devenir avocat. « Il n’y a pas de harcèlement impliqué dans ce cas. L’union syndicale a financé l’équipement nécessaire pour le télétravail de M. Degousée, a résolu la dispute et a continué à lui accorder son salaire complet durant ses congés maladie, » dit-elle. « Tout est mal interprété. Il veut nous rendre responsables de sa détresse dont nous ne sommes pas coupables. Nous avons essayé de calmer la situation à diverses reprises, » révèle Murielle Guilbert, déléguée générale de Solidaires, au Monde. Le verdict est attendu pour le 16 septembre.

« C’est compliqué de se retrouver dans le rôle de l’employeur »

Plusieurs disputes similaires à celle signalée par Laurent Degousée ont été notées ces derniers temps au sein de Solidaires, provoquant le départ de deux employés de son département Action des Salariés du Secteur Associatif en 2020 ainsi que d’autres de SUD-Industrie. Le problème récurrent semble être le refus de l’union et de ses fédérations d’assumer leurs rôles d’employeurs, alors qu’ils militent chaque jour pour l’amélioration des conditions de travail. « Je n’ai pas passé d’examen médical depuis six ans, pas d’heures supplémentaires payées, pas de reconnaissance du forfait en jours et une charge de travail excessive, » affirme un employé.

Il reste encore 38.8% de l’article à lire. Le reste est réservé pour les abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1486
Economie

Avionneurs submergés, peinent à livrer

22 juillet 2024
Du lundi 22 juillet au vendredi 26 juillet, Farnborough, une banlieue éloignée de Londres au Royaume-Uni, accueille un Salon international de l'aéronautique assez unique. Bien que les commandes d'avions soient…
example 1412
Economie

« Surtourisme : Fréquentation limitée à Bréhat »

21 juillet 2024
Réservez votre voyage et nous promettons une visite de haut niveau sur l'île", est le nouvel équipement que Olivier Carré, maire indépendant d’Ile-de-Bréhat (Côtes-d’Armor), encourage. Situé à dix minutes en…