×
google news

Être beau parleur ou comment captiver son public ?

Bien définir le contexte de l’intervention En amont de l’intervention, veillez à vous poser quelques questions pratiques : Quel est le but de la prise de parole ? Cherche-t-on à expliquer, à informer, à enseigner une technique, à attirer l’attention ou bien à donner l’envie, à susciter l’engagement ? Qui sont les autres intervenants ? Comment se déroulera la présentation ? Pour éviter toute surprise, renseignez-vous sur la disposition des chaises, la taille de la salle, le matériel disponible, etc.

Comment est composé l’auditoire ? Il faut déterminer le degré d’expérience et de connaissances du public.
Toutes ces questions doivent vous permettre d’adapter le message, d’anticiper les questions et objections que l’on pourrait vous faire connaître.
Les notes ne doivent pas être lues mots à mots.
Elles ont uniquement vocation à jouer de fil conducteur.
Elles pourront rappeler certains chiffres et mots-clés, la structure du plan du discours, etc.
Réussir une entrée positive Les premiers mots sont importants, mais pas uniquement.
Une entrée réussie doit aussi permettre d’entrer en contact avec son auditoire, par un regard direct, un sourire et quelques mots rappelant l’objet de sa présence.

L’introduction peut être formulée par quelques idées simples : un fait ou un chiffre étonnant, une analogie à un film ou à un livre, une anecdote, etc.
Dans la foulée, il faut annoncer l’objectif et le plan de la réunion.
Précisez aussi à quel moment la prise de parole sera possible.
Convaincre son auditoire et limiter les visuels Les métaphores, comparaisons, ponctuations de faits et d’exemples connus et chiffrés permettent à l’auditoire de s’imaginer et de mémoriser facilement ce qui est dit.
La gestuelle est elle aussi importante dans l’art de parler au public : regarder son auditoire, et non son bureau, éviter de fixer toujours le même coin de la salle, articuler et parler suffisamment fort, sans tremblements de voix, accentuer certains mots et jouer avec les silences, ne pas mettre ses mains dans ses poches ou toucher ses cheveux, etc.
Les visuels doivent être limités.
Trop rédigés, trop nombreux, ils risquent d’éloigner l’orateur de son auditoire et de son message.
Réussir sa sortie Réussir sa sortie permet de laisser une impression positive.
Terminer à l’heure et annoncer la suite de la présentation (actions, prochaine réunion, etc.
) permettent de témoigner son respect à l’égard de son auditoire.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

loading...
Contents.media