×

Quelle est l'origine de l'expression "Mort aux vaches" ?

Partager sur Facebook

L’origine de l’expression et son évolution La définition de l’expression « mort aux vaches« , qui peut se traduire « mort aux flics », vise la police, les militaires, les forces de l’ordre et plus largement tout le système étatique.
Le sens peut être teinté de différents degrés de violence : du simple rejet à la mort réelle des personnes visées.

La naissance de l’expression Cette expression serait née en 1870 est issue de la langue allemande.
En effet, les postes de garde allemands portaient l’inscription « Wache » soit en français garde ou guet.
Le mot désignait donc un poste de garde.
A cet époque, le sol français était occupé par les Allemands qui, suite à la défaite de Napoléon III, avaient annexé l’Alsace et la Lorraine.
Les tensions étaient très fortes entre les Français et les envahisseurs.
De ce fait, le mot « Wache » s’est transformé en vache.
Donc, mort aux « Wache » puis aux « vaches » signifiait à l’origine « Mort à l’envahisseur », à une autorité que l’on jugeait illégitime.
De plus, à l’époque, le mot « vache » désignait à la fois une personne paresseuse et une action fourbe.

Ceci explique la facilité avec laquelle le terme a été adopté.
Par la suite, à la fin de l’occupation allemande, l’expression sera surtout utilisée contre la police et les gendarmes, puis contre tous les uniformes en général.
Vraie insulte, elle deviendra l’un des slogans des anarchistes et de tous groupes contestant l’autorité établie (comme les punks par exemple).
Un texte d’Anatole France daté de 1902 « Crainquebile » atteste bien du caractère plus qu’insultant de cette expression.
Crainquebile, un marchand modeste, est poursuivi en justice pour avoir insulté un gendarme d’un « mort aux vaches« .
Au XXe siècle, l’expression était encore vivace.
À l’heure actuelle, elle est moins usitée, mais elle reste toutefois dans la tradition et est connue de tous.
A savoir Pour symboliser leur attachement à cette expression et tout ce qu’elle symbolisait, certains détenus des prisons françaises se faisaient tatouer trois petits points noirs alignés en forme de triangle entre l’index et le pouce.
Ils marquaient ainsi leur rejet de l’autorité et des règles établies et signifiaient mort au tacheleur non-conformisme.


Contacts:

Laisser un message de réponse

1000

Leggi anche