×

Pedro Almodóvar : les films du réalisateur, phrases célèbres et biographie

La vie, le style cinématographique, les films et les phrases célèbres de Pedro Almodóvar, l'un des réalisateurs espagnols les plus célèbres du monde.

Pedro Almodovar films
Pedro Almodovar films

Le 25 septembre 1949, Pedro Almodóvar Caballero est né à Calzada de Calatrava, une petite ville au cœur de l’Espagne. Malgré la catholicité de la péninsule ibérique pendant des siècles, les thèmes abordés par ce qui pourrait devenir le réalisateur espagnol le plus célèbre sont, ironiquement, tout sauf orthodoxes.

Libertinisme, toxicomanie, abus, abus, inceste et homosexualité sont les tabous que Pedro Almodóvar a eu le plus de plaisir à dénigrer. Néanmoins, dans ses derniers films, on ne peut s’empêcher de remarquer une certaine mélancolie sucrée, peut-être liée à son âge plus mûr d’auteur.

Pedro Almodóvar : la vie

Si vous êtes un fan du réalisateur espagnol et que vous savez de quoi il parle dans ses films, il ne sera pas difficile de voir comment certains aspects de la biographie de Pedro Almodóvar ont influencé son style.

Après avoir changé plusieurs fois de résidence et étudié avec les frères Franscescani et Salesiani, Pedro, à 16 ans, déménage à Madrid pour étudier à l’École Nationale de Cinéma.

Après la fermeture de l’école sur ordre de Francisco Franco, Pedro a continué à étudier le cinéma en autodidacte. Il a travaillé pendant douze ans pour la compagnie Telefónica et pendant cette période, il s’est également intéressé à la bande dessinée et au théâtre d’avant-garde. Il rejoindra donc aussi la troupe de théâtre de Los Goliardos. Sous le pseudonyme de Patty Diphusa, il publiera également plusieurs articles dans El País et Diario 16.

Pedro a acheté son premier appareil photo à l’âge de 22 ans et avec lui a commencé à tourner ses premiers shorts. Présentées principalement dans les bars ou les soirées, elles avaient pour thème principal la sexualité et la prostitution. Enfin, en 1978, il composera son premier moyen métrage avec le titre emblématique Folly, folly, fólleme, Tim.

Pedro Almodóvar : les films

En 1980, c’est au tour de Pepi, Luci, Bom, le premier long métrage du réalisateur. C’est une histoire tortueuse de viol et de vengeance. En 1982, Labirinto di passioni (Labyrinthe des passions), une comédie tragique-érotique qui n’a rien à envier au Satyricon de Fellini, a suivi. Parmi les nombreux autres films produits, l’un des plus remarquables est sans doute La loi du désir (1987). Ici, nous pouvons voir les mésaventures amoureuses d’un directeur homosexuel qui a affaire à un amant meurtrier.

Aussi inoubliable est Donne sull’orlo di una crisi di nervi (1988), un film dans lequel une femme et un amant se découvrent trahis par un homme doublement infidèle.

1999, en revanche, est l’année de Tutto su mia madre (Tout sur ma mère), qui remporte l’Oscar du meilleur film étranger. Le film raconte l’histoire d’une mère qui, voulant tenir une promesse à son fils disparu, se rend à Barcelone à la recherche du père du garçon. Ce n’est qu’ici qu’il découvrira qu’il est maintenant une femme, Lola.

La mala educación (2004), dont le thème de base est la pédophilie des membres du clergé, est similaire à La loi du désir, mais beaucoup plus obscure dans ses implications. C’est précisément ce fruit pourri qui a ruiné les vies et empêché l’histoire d’amour des deux protagonistes.

Dulcis in fundo, Dolor y gloria (2019). Au printemps dernier, ce film a fait le tour du monde des salles de cinéma et a remporté le prix du meilleur acteur au Festival de Cannes en tant que personnage principal, Antonio Banderas. Le réalisateur, quant à lui, a reçu le Lion d’or pour l’ensemble de sa carrière lors de la dernière édition du Festival international du film de Venise.

Phrases célèbres

S’il est vrai que le cinéma de Pedro Almodóvar s’exprime avant tout dans ses images dures, nettes et parfois oniriques, il n’est pas rare que les textes de ses films le soient. En voici quelques exemples :

Il y a des gens qui pensent qu’on peut faire des enfants en un jour, mais cela prend du temps, beaucoup de temps. C’est pourquoi c’est si terrible de voir le sang d’un fils versé sur le sol.

Je me sentais comme Noé : je voulais élever deux ou trois de chaque espèce animale dans le poulailler que j’avais installé sur la terrasse. Cependant, je n’ai pas pu sauver le couple qui m’intéressait le plus : le mien.

Il n’y a rien entre lui et moi à part la douleur.

Vous écrivez pour oublier le contenu de ce que vous avez écrit.


Contacts:

Laisser un message de réponse

1000

Contacts: