×

Concorde, la catastrophe aérienne à Paris: histoire et causes

La catastrophe aérienne du Concorde a bouleversé Paris et toute l'Europe. La cause principale des décès de nombreuses personnes a été révélée.

Catastrophe aérienne du Concorde

Le 25 juillet 2000, on se souvient de lui pour le désastre du Concorde de la compagnie aérienne Air France; le premier et unique accident survenu à cet avion supersonique a été celui qui a conduit à la fin de l’exploitation de ces avions et a bouleversé Paris. Nous allons maintenant examiner plus précisément ce qui s’est passé et pourquoi.

Catastrophe aérienne du Concorde

Le 25 juillet 2000, à 15 h 42, l’AF 4590 d’Air France a reçu le feu vert pour décoller de la tour de contrôle de l’aéroport international Charles de Gaulle à Paris. Toutes les opérations de la phase de décollage se sont déroulées selon les règles de l’art et ont été couronnées de succès, mais lorsque l’avion a atteint la vitesse de 300 km/h, la tour de contrôle a contacté le pilote pour l’informer que des flammes étaient visibles le long d’une des ailes, ce qui suggère d’interrompre le décollage.

Cependant, ce choix n’était plus possible parce que la vitesse atteinte était excessive et qu’il n’y avait aucune possibilité d’arrêter l’avion avant la fin de la piste.

A ce moment-là, la seule chose à faire était de se diriger vers l’ouest jusqu’à l’aéroport du Bourget pour faire un atterrissage d’urgence, mais même cette solution n’était malheureusement pas possible car le Concorde était hors de contrôle et le chariot était bloqué. Après moins d’une minute après le décollage, l’un des moteurs a commencé à perdre de la puissance et les pilotes ont été contraints de diminuer la puissance des moteurs de l’autre aile pour essayer de diriger l’avion, mais cela a provoqué une réduction de vitesse telle qu’il était impossible pour les pilotes de maintenir l’avion dans les airs et en fait après quelques secondes le Concorde a percuté un hôtel de la campagne parisienne à quelques milles de l’aéroport où il venait de démarrer.

À la suite de l’impact, 100 passagers, 9 membres d’équipage et 4 personnes au sol ont perdu la vie, ce qui a fait un total de 113 victimes.

Catastrophe de la Concorde : les causes

Les enquêtes menées immédiatement après le désastre ont révélé que la cause en était un débris laissé sur la piste par un DC10 d’US Continental Airlines qui avait déjà décollé de la même piste. Grâce aux reconstructions effectuées par les enquêteurs, il est apparu qu’une feuille de titane d’environ 30 cm de large et 43 cm de long s’était détachée du DC10 au décollage et s’était retrouvée sous les roues du Concorde en accélérant sur la piste, endommageant un pneumatique. Les pièces de la roue poinçonnée ont heurté l’aile, l’endommageant et libérant le carburant qui avait pris feu au contact des gaz d’échappement du moteur à pleine puissance.

L’aile endommagée et l’incendie qui s’en est suivi avaient rendu l’avion incontrôlable et il s’est avéré que les pilotes ne pouvaient en aucun cas empêcher la tragédie qui s’était produite.

La catastrophe, dans tous ses détails, a également fait l’objet d’un épisode de l’émission de télévision Disasters Airplane, où toute l’histoire a été reproduite et étudiée pour vous permettre de comprendre comment les choses se sont passées.

Le procès et la sentence

En décembre 2010, 10 ans après la catastrophe, le tribunal français de Pontoise a confirmé que l’accident avait été causé par les débris perdus par le DC10 et a condamné Continental Airlines à une amende de 268 000 euros.

La sentence condamnait également le mécanicien de la compagnie qui avait effectué des travaux sur l’avion pour avoir utilisé du titane plutôt que de l’aluminium pour réparer un homicide involontaire. Au lieu de cela, les agents de sécurité du Concorde et l’agent de la sécurité aérienne français ont été acquittés parce que leurs actions n’avaient eu aucune influence sur la catastrophe.


Contacts:

Laisser un message de réponse

1000

Contacts: