A la UNE
Home / Actualité / Politique / Crise de l’UMP : « Un parti n’est pas une mafia » avertit François Fillon

Crise de l’UMP : « Un parti n’est pas une mafia » avertit François Fillon

L'ancien premier Ministre a annoncé ce matin sur RTL qu'il n'accepterait aucune conclusion émanant de la commission des recours aux mains de Jean-François Copé selon lui.

François Fillon

François Fillon - Crédits : Wikimedia.org

La crise n'en finit plus à l'UMP depuis près d'une semaine. Ce matin sur RTL, l'ancien premier ministre François Fillon a déclaré qu'il accepterait la décision "quelle qu'elle soit", de la mission de conciliation d'Alain Juppé mise en place jeudi soir.

En revanche, il a annoncé qu'il n'accepterait aucune des conclusions de la commission de recours de l'UMP, pour laquelle il n'a aucune confiance. "Les seules conclusions que j'accepterai, ce sont celles d'Alain Juppé. C'est la seule instance dans laquelle j'ai confiance", a-t-il dit.

"Un parti n'est pas une mafia", a ajouté François Fillon, dénonçant le fait que "la direction de l'UMP a toujours été partiale". "L'une des personnes mises en cause se juge elle-même, ce n'est évidemment pas acceptable", a-t-il fustigé, visant Jean-François Copé.

"Ou bien Alain Juppé conduit lui-même une médiation dans un climat où il n'y a plus suffisamment de confiance pour que les instances normales et les statuts fonctionnent, ou bien cette médiation ne pourra pas réussir", a précisé François Fillon.

D'après lui, "on ne peut pas avoir confiance dans les instancemas d'un parti dont le président s'est autoproclamé dimanche soir alors même que la commission n'avait même pas commencé à décompter les voix. On ne peut pas avoir confiance dans les statuts d'un parti dont la commission de contrôle des opérations de vote nous dit froidement qu'oublier trois départements, ce n'est pas grave et ça ne change pas grand-chose au résultat".

   
Retour en haut de page
Plus dans Politique
Jean-François Copé, président de l'UMP
Vers une scission de l’UMP ?

Après la victoire de Jean-François Copé pour la présidence de l'UMP et la déclaration de François Fillon sur la "fracture...

Fermer